* *
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?
27 juin 2017, 09:37:29 am

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Shoutbox

Dernier 5 Interventions :

jacquesloyal

12 novembre 2007, 05:03:07 pm
Etre loyal et ne pas mentir

Montrer les 50 derniers

Auteur Sujet: Civiliser les mecs, qu'elles disaient...  (Lu 34665 fois)

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« le: 04 avril 2006, 04:04:09 pm »
[ASSO] Paru au journal officiel associations le : 10/09/05
No d'annonce : 80

GYNARCHY INTERNATIONAL. Objet : faire connaitre les idées et les
théories gynarchistes, telles que décrites en particulier dans les
ouvrages d'Aline d'Arbrant, en France, en Europe et dans le monde
entier ; agir à tous les niveaux pour faire valoir les aspirations
gynarchistes exclusivement non vénales et, d'une façon générale,
promouvoir une position prépondérante des femmes dans la vie privée,
sociale et politique de tous les pays ; élaborer un projet
politico-social basé sur la prédominance féminine et capable de
répondre aux défis posés aujourd'hui au monde ; contribuer à la
création de micro-sociétés gynarchistes pouvant servir de modèles
de société aux états et à l'humanité entière ; fédérer toutes
les organisations qui, à travers la planète, se vouent à la
suprématie féminine et à l'accès des femmes aux postes de pouvoir
politique, industriel et financier ; financer et organiser des
manifestations, rencontres, expositions se rapportant à ses objets ;
susciter la création de groupes de réflexion pour proposer des
solutions à des problèmes gynarchistes communs intéressant les
membres ; gérer une société civile immoblière dont les immeubles et
terrains, possédés ou loués, pourraient etre utilisés par ses
membres dans le respect des objets de l'association et de son
éventuel règlement intérieur. Siège social : chez Mme Dominique
Montefia, 39 bis, avenue Aimé-Martin, les Jardins-d'Aurélia,
batiment C, 06200 Nice


Aline d'Arbrant sur Gougueule :

http://pub46.bravenet.com/sitering/show.php?usernum=3921613238

 GYNARCHY MATRIARCHY FEMDOM Site Ring

Welcome to my Site Ring! We are offering a free link between like minded Ladies websites Everything directly dealing with GYNARCHY GYNECOCRACY MATRIARCHY FEMDOM F/m D/s Bondage submission Domination BDSM

Ring Owner: sophie petticoat
Site: www.gynarchy.com

GYNARCHY MATRIARCHY FEMDOM Site Ring    
Search this Site Ring:   
www.gynarchy.com   (SITEID: 43027, Owner)
Gynarchy related. Matriarchy, FemDom, Submale, Domination, Mistress, Maitresse, Maîtresse, Mistresses,

Site Ring Owner Comments: This is the Site Ring Owner's web page - To join the site ring, click the Join button above.
This site has received 868 hit(s) from this Site Ring
This site has sent 3087 visitor(s) to this Site Ring    

Gynarchy International   (SITEID: 43052, Owner)
GYNARCHY INTERNATIONAL is the political branch of all Womyn and Lesbian Supremacist organizations. With this century XXI, Womyn is going to take her legitimate and absolute Power. Gynarchy International is organizing this revolution. The members of this movement work for the international advent of absolute female supremacy. Superior Womyn, Dommes, Lesbian Supremacist exchange and broadcast all means of the future definitive female Empowerment. The Female member of Gynarchy International can accept males by her side for her fight, but only as totally submissives. This e-group is moderated by Aline d'Arbrant.
This site has received 1723 hit(s) from this Site Ring
This site has sent 2130 visitor(s) to this Site Ring    

Female Rule Worldwide   (SITEID: 43315, Owner)
Female Supremacy BLOG - FREE. As an inferior male, i know that it is my responsibility to promote Female Rule over all males in all things to help improve the lives of all Women. Please contribute and people of both genders do everything possible for individual Females and Women in general. THIS IS ABOUT WHAT WOMEN NEED AND DESIRE >> MALE FANTASIES ARE UNWELCOME. THIS IS ABOUT UNSELFISH MALE SERVICE AND SACRIFICE FOR ALL FEMALES.

This site has received 1600 hit(s) from this Site Ring
This site has sent 805 visitor(s) to this Site Ring    

Sanctuary of the Feminine Divine   (SITEID: 43350)
Sanctuary of the Feminine Divine

Site Ring Owner Comments: If you manage a like minded website, please add your website here

This site has received 1024 hit(s) from this Site Ring
This site has sent 520 visitor(s) to this Site Ring    

Church of Kali   (SITEID: 43351)
FemDom Gynarchy Gynecocracy domination sub male submissives

Site Ring Owner Comments: a must
This site has received 887 hit(s) from this Site Ring
This site has sent 600 visitor(s) to this Site Ring    

Elise Sutton   (SITEID: 43349)
Gynarchist, Educator, FemDom
This site has received 777 hit(s) from this Site Ring

Lez Cigales   (SITEID: 43355, Owner)
Communauté gynarchiste française. French gynarchist group.
This site has received 442 hit(s) from this Site Ring
This site has sent 446 visitor(s) to this Site Ring    

The Dominant Wives Club   (SITEID: 43482)
The Dominant Wives Club is an online community and organization dedicated to providing women with numerous resources to explore dominance in their marriage and relationships. We hope that everyone feels welcome to explore, gather ideas, and discuss the domination of their men.
This site has received 643 hit(s) from this Site Ring

http://es.groups.yahoo.com/group/sumisionsecretaencasa/?yguid=96869555   (SITEID: 43500, Owner)
group of female domination and supremacist feminism oriented for a demale guys and physical or psiquical castration for men
This site has received 728 hit(s) from this Site Ring
Site Entry


http://www.webdonline.com/fr/services/forums/forums.asp?id=113254&poster=0&ok=0&xp=
http://www.thevalkyrie.com/stories/french/mamanaladcouverte.txt
http://www.thevalkyrie.com/stories/french/
http://www.gynarchy.org/index.php?affiche=News&id=8
Partners :
  Anne Lezdomme
  As Lilith Rises
  FemDom EcoVillage
  Gynarchist Lesbian Sorority
  GynoSupremacy
  Office of Gynarchical Transformation
  ProLesb Services
  Sanctuary of Female Supremacy
  Soubrettes de Maîtresse Xena

http://www.gynarchy.org/publisher/

Les Aventures de Wandine (nouvelles)
Aline d'Arbrant © 1997

Camping sauvage à la ferme de Circé
Aline d'Arbrant © 1998

La Gynarchie
Aline d'Arbrant © 1997

Le Journal d'une Garce
Aline d'Arbrant © 1996

Lesbiennes et Sadiques
Aline d'Arbrant © 1988

Les Nouvelles Aventures de Wandine (nouvelles)
Aline d'Arbrant © 2000

Prisonniers des Gretchens
Aline d'Arbrant © 1994

Le Professeur asservi
Aline d'Arbrant © 1996

Quand la FEMME vint au POUVOIR
Aline d'Arbrant © 1995
   
Saphiques et Psychotiques
Aline d'Arbrant © 1994
   
Vengeance Saphique
Aline d'Arbrant © 1996
   
Zone décontaminée
Aline d'Arbrant © 1999

Gynarchist Poems
submale phil © 2002

Minerva Club
number 76 © 2005
   
Rogue Mail
number 76 © 2005

http://www.france.qrd.org/gng/lien/lien.html

http://members.aol.com/gynarchy/aline/aline.htm

http://pub47.bravenet.com/forum/3953404941/fetch/510090
http://pub47.bravenet.com/forum/3953404941/

http://gynosupremacy.net/modules.php?name=Forums&file=viewtopic&p=47

http://maitresses.ibelgique.com/aline.htm

http://capitulation.free.fr/forum1.htm

http://groups.yahoo.com/group/frenchkillergirls/messages/101?viscount=100

Etc. etc.
« Modifié: 09 mars 2007, 02:10:32 am par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #1 le: 16 avril 2006, 07:27:09 pm »
Certaines sources ne sont plus accessibles que par le cache de Gougueule. Voici donc pour la mémoire :


Citation
GynoSupremacy

Gynarchie et Education - éducation
Eric - 19 Juil 2005, 0:49
Sujet du message: Rallier plus de monde à l'idée du pouvoir aux femmes Bonjour,

La question que vous posez m’interpelle ( la domination extrème de la femme sur l'homme est-elle nécessaire). Elle est d’ailleurs très importante d’un point de vue stratégique pour l’évolution de votre mouvement.
Je pense que beaucoup d’hommes aimeraient essayer ou se laisseraient tenter par une société où les femmes, dames ou lesbiennes, occuperaient les principaux postes de pouvoirs, et même si par principe, ils n’auraient plus aucun droit d’intervenir dans les choix de société mais, si comme je l’ai lu à plusieurs reprises, les femmes veulent supprimer aux hommes tous les droits, y compris celui de pouvoir se satisfaire sexuellement ( qui restera un point de discorde intolérable chez le mâle), une société gynarchique n’a aucun avenir et cette sororité restera marginale dans le monde.

Dans mon métier, j’ai l’habitude de gérer des conflits entre individus ou entre groupes d’individus. Chaque partie entre en conflit parce qu’elle se trouve dans une situation insatisfaisante et cherche à l’améliorer. Pour que les deux parties trouvent un accord, il faut au minimum que la partie insatisfaite constate qu’à travers ce qui lui est proposé, il passe d’une situation insatisfaisante à une situation satisfaisante ou tout au moins supportable.
(En fait, la partie insatisfaite qui entre en conflit recherche une situation idéale mais l’expérience m’a appris qu’elle ne l’obtenait jamais)

Partir sur des principes que, parce que la femme dirige tout, le mâle ne pourra plus avoir de plaisir sexuel, c’est créer une situation inacceptable pour l’homme et, comme il possède les pleins pouvoirs sur ce sujet actuellement, il enverra promener toute idée de société gynarchique.

Par contre, proposer que la femme dirige et décide de comment l’homme dont elle aura la charge vivra sa sexualité, c’est déjà passer d’une situation insatisfaisante à une situation précaire mais acceptable pour une partie des mâles. Etablir un contrat ou une convention sur ce que devra faire le mâle pour sa femme pour mériter son plaisir sexuel et que chaque partie respecte les accords qu’ils ont signé et vous rallierez encore à ce mouvement quelques individus. Les femmes ne manquent d'ailleurs pas de moyens de contrôle de chasteté sur le mâle.

Je parlais de plaisir sexuel pour le mâle mais ce raisonnement est valable pour tous les sujets et ce n’est que par une négociation que les idées gynarchiques feront leur chemin. Ce sujet m’a paru un des plus importants…en tout cas, en ce qui me concerne.

J’ai lu que certaines femmes, devenues lesbiennes, interdisaient formellement tout plaisir à leur mari et qu’elles employaient des méthodes fortes pour soumettre leur compagnon à ce régime. Soit les hommes trichent, soit elles exagèrent, soit elles sont tombées sur des mâles très peu normaux.

Les femmes ont tout à gagner dans la négociation car elles sont déjà les plus fortes dans beaucoup de domaines. Cette analyse de la négociation, on peut la vérifier tous les jours dans les actualités où l’on constate que des ouvriers acceptent des diminutions de salaires ou une augmentation du temps de travail ou même des délocalisations contre une prime substantielle.
Le patron continue à gagner plus d’argent tandis que les ouvriers se contente d’un salaire de misère avec une productivité sans cesse accrue. Dans mon analyse, vous l’aurez compris, la femme est le patron.

Dernière remarque. Je pense que c’est au sein de chaque couple que doit s’instaurer une première dose de pouvoir au féminin. Elle doit être évolutive suivant les acceptations du mâle et c’est à la femme à trouver avec quel parfum elle pourra séduire l’homme à lui concéder tous les pouvoirs. Cela nous amène à: quelle éducation les mères doivent-elles donner aux filles et aux garçons pour faire progresser la gynarchie mais qui doit faire l'objet d'un thème différent.

Ceci n'est qu'une analyse brute, qui mérite certainement d'être critiquée par la suite mais elle permet au moins de lancer le débat.

A quand une filiale belge de Prolesb ou de votre site ?

Eric
Un sympathisant de votre mouvement et de votre sororité. Anne - 20 Juil 2005, 9:28
Sujet du message: Gynarchie et Sexualité Il y a beaucoup de choses, éric, dans ton message qui demandent réponse.

D'abord, sache que nous avons beaucoup de Soeurs belges. Nos amies Lilith & Lilou (http://lilithetlilou.gynosupremacy.net), par exemple, ont promis de venir à notre réunion de Genève.

Pour ce qui est de la sexualité des mâles, tu as sans doute raison dans un contexte légal et électoral. Si l'on devait présenter une candidate aux élections, sous étiquette gynarchiste, il vaudrait sans doute mieux qu'elle évite de parler de chasteté masculine.
C'est un peu différent pour les adhésions individuelles car l'expérience de la chasteté masculine est personnelle et ne peut se mesurer qu'à l'aune de l'amélioration des rapports du couple. Pour avoir à la maison un soumis condamné (mais volontaire) à la chasteté absolue (je suis lesbie et heureuse en couple, notre mâle étant précisément l'ex de mon amie) et ayant reçu plusieurs confidences à ce sujet, je peux t'assurer que le mâle ne s'en trouve pas mal, bien au contraire. Il devient plus obéissant, plus serviable, plus attentif à nos désirs, et comprend très rapidement que son vrai bonheur passe principalement par le plaisir sexuel de sa Maîtresse (ou de sa partenaire, si tu veux). A Elle d'offrir périodiquement, si nécessaire, une compensation sexuelle à son soumis (ou à son partenaire).
Enfin, ce problème de la chasteté est radicalement différent si tu envisages la Gynarchie non plus dans sa période militante et d'instauration, mais dans son évolution ou son achèvement. A terme, ou après une période suffisamment longue, la Gynarchie modifiera les comportements. Tu devrais lire Aline d'Arbrant qui en parle très bien dans son livre. Le mâle, peu à peu, comprendra son inutilité, voire sa nocivité, intrinsèques, aussi bien sur le plan social que sur le plan sexuel. Il acceptera donc progressivement sa chasteté comme un état naturel. Et, parallèlement, la Femme, parce que de plus en plus libérées et l'esprit ouvert, s'apercevra aussi de cette infériorité masculine dans les rapports hétérosexuels. Le lesbianisme progressera de façon exponentielle pour devenir la règle. Il faudra bien alors gérer la sexualité mâle d'une façon ou d'une autre.

Enfin, tes propos soulignent l'une des grandes difficultés de la Gynarchie, sa proximité avec le masochisme masculin (et avec, mais dans une moindre proportion, le sadisme féminin). Il est difficile de parler de la supériorité de la Femme et de sa suprématie future sans éveiller des instincts mâles de la soumission et la kyrielle de fantasmes qui va avec. La chasteté infligée et le complexe de castration en font partie.
Bien sûr, sur nos sites, nous pourrions éliminer tout ce qui ressemblerait de trop à un fantasme sexuel mâle (ou féminin, en particulier chez les Lesbies). Il y a d'ailleurs bon plusieurs sites, surtout anglo-saxons, très bien faits qui sont consacrés au Matriarcat. Visite-les, ils sont pleins d'enseignement et donne beaucoup d'espoir.
Mais la Gynarchie ne peut aisément établir une vraie frontière entre le fantasme et l'attitude politique responsable. De plus, la tendance masochiste mâle est un moyen comme un autre de parvenir à nos fins.

En conclusion, peut-être que parler de chasteté (personne ne généralise nulle part sa mise en application obligatoire) empêche certains mâles de nous rejoindre mais, d'un autre côté, cette possibilité excite quelques imaginations et beaucoup nous rejoignent pour tenter cette expérience.

En tout cas, merci de cette collaboration.

Anne Lezdomme. josiane - 27 Juil 2005, 5:18
Sujet du message: éducation juste un petit mot pour tester ce nouveau site - d'abord je dois remercier Anne Lezdomme pour l'avoir créé et nous y accueillir , merci à toi chère Anne, sans toi je n'aurai pas d'espace public pour m' exprimer et cela me manquerait - et peut être que aussi mes paroles manqueraient à d'autres.
L'éducation est bien évidemment un thème d'une grande importance gynarchique car elle donne des plis irréversibles à la personnalité qui la reçoit.
Mon point de vue très sommairement : l'éducation des petits enfants doit être égalitaire, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui car on apprend trop que les hommes dominent le monde et que les femmes suivent, ce qui est pour le moins une abération totale.
La distinction entre filles et garçons doit se faire progressivement à mesure de l'arrivée de la puberté et donc de la génitalité chez les petits mâles, là ils doivent apprendre qu'ils sont sexuellement inférieurs car :
1) Si les filles sont bien considérées comme libres ils ne peuvent pas leur imposer la loi de leurs désirs.
2) La seule attitude acceptable de la part d'un homme envers une femme sur le plan sexuel doit passer par l'amour, hors ceci n'oblige la femme à rien, elle dispose de cette éventualité à sa guise, et ceci sans aucune limitation. Cela peut paraître exagéré, inégalitaire et donc pas à la mode , mais la mode de l'égalitarisme à tout prix je m'en fous complètement ici et dans ma vie : je dis les choses comme je les sens et je ne me sens pas extrèmiste.
La sexualité du jeune mâle est naturellement orientée vers le plaisir et la jouissance, mais nous devons bien entendre ici le plaisir de l'être aimé, faute de quoi il ne s'agit plus de sexualité mais d ' autosatisfaction.
Ainsi nous venons de le voir le comportement correct du jeune mâle inclut une notion de renoncement à soi, un abandon qui va lui permettre de devenir homme, être civilisé et policé, positif, à l'opposé de l' être malfaisant et agressif que nous avons subi pendant des siècles, que nous voyons encore sévir de nos jours sous mille formes toutes détestables.
L'éducation gynarchique du mâle lui offre cette possibilité de s' améliorer véritablement, but qui devrait être à l'évidence celui de toute éducation.
Il est indispensable que les jeunes filles et les jeunes mâles prennent conscience de la supériorité de tout ce qui est féminin sur le masculin : intelligence, intuition, sensibilité, véritable capacité de création, réalisme, beauté physique et érotisme, capacité d'adaptation, rapidité de la pensée, amour, toutes ces choses et bien d'autres sont les domaines où excellent les femmes ( lorsque bien sûr elles ne sont pas esquintées par une formation machiste ), le seul domaine où prédomine le masculin est la force physique. Fort bien ! il s'agit d'en tirer les conséquences naturelles qui sont que les hommes doivent travailler de leurs mains en de tout leur corps, pour, une nouvelle fois, transmuer cette force physique brute en quelque chose de totalement positif et d'utile. Cette force doit être dirigée par les femmes car l'homme seul n'a pas en lui les éléments pour décider correctement du sens à donner à son travail ( on le voit lorsque ce travail consiste à fabriquer des armes, un simple exemple).
Pour se donner les moyens d'une telle éducation il est indispensable et juste d' imposer deux choses aux mâles : le port d'un dispositif de chasteté forcée ( qui ne devrait pas poser de problème puisque sa sexualité doit aller vers l'autre et non vers lui-même), et les punitions corporelles ( uniquement après la puberté, je suis résolument contre la soi disante discipline stricte imposée aux enfants qui n'est en fait que de la maltraitance sadique).
Les ceintures ou anneaux de chasteté , les corrections, sont infligées et imposées par les femmes : mère, soeur ( oui! ), éducatrice professionnelle ou occasionnelle, afin que le mâle s'habitue à leur obéir, à les servir et à craindre un minimum leur désagrément.
Ainsi dressé le mâle pourra affronter le monde, en connaissant sa place , en cherchant toujours à construire plutôt qu' à détruire, à aimer plutôt qu'à haïr, il pourra du fond de son coeur remercier celles qui l'ont éduqué.
Il pourra aussi, si il a de la chance, rencontrer celle au service de laquelle il peut entrer, à vie si elle accepte de le faire sienne. Il devra alors s' adapter à la personnalité de sa maîtresse, pour son bonheur à lui, pour le confort, le bien-être, et les plaisirs de Elle. Ainsi le monde serait ( sera?) beau et paisible.
Nommez moi ministre de l'intérieur, je passerai moins à la télé mais dites vous bien que je fais disparaître ce qu'on nomme hypocritement insécurité, la méthode d'éducation que je propose ci-dessus a en effet pour but ce que j'ai nommé par ailleurs la politesse et que celle-ci est totalement inoffensive.
Et faites moi confiance : j'agirai fermement. D 'abord je ferai fermer toutes les fabriques d'armes ( de chasse, de destruction massive ou pas, de malfrats etc.. toutes) et afin de ne pas perdre les emplois qui y sont liés je remplace cette fabrication meurtrière par des fabriques de fouets, de martinets et de cravaches, car il va nous en falloir et que, beaucoup utilisés ces instruments s'usent très vite. soutache - 27 Juil 2005, 13:53
Sujet du message: vos idées sont si logiques, Maitresse Josiane. Madame la Minsitre. Smile
quand l'ordre naturel retourne sur terre et les males sont a leur
place il ne s'agira du fouet sauf dans les cas exceptionels de
criminaux ou refractaires.

merci, Maitresse Josiane, pout nous eduquer les males de la
Sororité.

soutache soutache - 27 Juil 2005, 13:59
Sujet du message: soutache est un esclave fiér de Mademoiselle Anne. et membre du
cheptel de la Sororité. pas un male sauvage sans collier. josiane - 28 Juil 2005, 4:23
Sujet du message: Re: Rallier plus de monde à l'idée du pouvoir aux femmes je suis en désaccord total avec ce qu'a écrit Eric.
Eric nous a proposé un texte où seul l'intérêt de l'homme est pris en compte : son intérêt, l'amélioration de sa condition, sa jouissance et sa satisfaction (puisque pour Eric il faut avant tout supprimer l'insatisfaction pour l'homme).
Eric nous dit aussi que la femme doit veiller à ce que du point de vue sexuel l'homme " dont elle a la charge" vive sa sexualité de manière "acceptable", éventuellement par " contrat".
Pour moi un contrat signé par une femme où elle s'engage à garantir un minimum sexuel à un mâle c' est tout simplement un délire machiste, ou un contrat de prostitution, car au nom de quoi la femme doit elle garantir quoi que ce soit sur la jouissance de son mari, amant, concubin, larbin, serf?
Nous parlons ici continuellement d'amour, sentiment réel qui doit à mon sens régir l'activité sexuelle du mâle. A l'opposé de ceci Eric veut nous faire signer des contrats, c'est une idée vraiment mâle à 100%, un recul incroyable.
Faire signer des contrats fait partie de l'arsenal habituel du masochisme masculin ( cf la Venus à la Fourrure, texte emblématique de ce comportement ), mais le contrat que propose Wanda à Séverin n'impose bien sûr des devoirs qu'à lui, c'est un contrat de la dérision.
Je crois que les femmes se passent très bien de contrat dans leurs vies amoureuses . Le seul envisageable à mon avis est le contrat de mariage, car il consacre une liaison amoureuse et lui donne son cadre social. Je ne parle pas ici de mariage religieux, masacarade ridicule à mes yeux, ni du PACS, mariage au rabais consenti de haut à celles et ceux qui s'aiment entre elles et entre eux. J'ai évoqué un jour l'idée d'un dépoussiérage du contrat de mariage et donc d'une sorte de nouveau mariage, je reviendrai avec plaisir un autre jour sur cette question amusante et pleine de potentialités.
Eric nous parle de sexualité ( masculine exclusivement) mais pas d'amour, et là je comprends pas à quoi sert, à quoi rime son plaisir, il nous propose une version purement fonctionnelle du mâle, jouisseur sans coeur et sans raison.
Le parrallèle avec le monde du travail est bien entendu dans ce sens et est très impertinent car ce monde ne repose ni sur les sentiments ni sur le don ( encore que on pourrait en rêver ) mais sur l'échange, en principe équivalent, d'intérêts matériels. Et comparer une discussion dans le couple à une discussion salariale ou syndicale est une idée surprenante, pour le moins mal informée de ce qu'est un couple, et même pas drôle.
Eric, avocat du mâle, a très peur de l' arbitraire féminin en matière sexuelle, il veut des garanties. Mais à quoi la femme doit-elle s'obliger ? Nous n'avons jamais dit qu' une maîtresse ne devait pas faire jouir celui qui lui appartient, nous avons seulement indiqué que cette jouissance devait être tournée vers elle, ça me semble tout simplement humain et normal. Nous devons reposer une nouvelle fois la question : quel est le sens de la jouissance de l'homme hétéro en dehors de la profonde acceptation et même du vrai désir de la femme ? A mon avis aucun sens et donc je redis : sans ces conditions un homme reste chaste.
S'il trouve que c'est dommage, et ça je peux le comprendre , eh bien qu'il réfléchisse un peu à ce qu'il doit faire pour y arriver, mais si il réfléchit vraiment il s'apercevra que pour y arriver il doit faire le chemin inverse d'Eric : il doit s'oublier un peu, beaucoup, passionnément, s'oublier à la folie, il doit penser à elle, il doit l' aimer, il doit se donner sans aucune arrière pensée ( nous les lisons ) , et alors il verra, ( notez bien que ça la laisse totalement libre mais arrivé à ce stade l'amoureux, en cas de rejet, est en mesure de comprendre, d' admettre la liberté de l'autre sans aucune difficulté et sans que son énergie intérieuse s'en trouve contrariée car il est lui aussi libéré).
Ca m'énerve car c'est quand même pas difficile à comprendre : un homme doit rentrer dans le corps de celle qu'il désire par amour pour elle, pas pour profiter de la bonne occase, ni pour se vider par hygiène.
En conclusion de son opuscule Eric nous parle d' une "...première dose de pouvoir au féminin. Elle doit être évolutive suivant les acceptations du mâle et c’est à la femme à trouver avec quel parfum elle pourra séduire l’homme à lui concéder tous les pouvoirs..."
Mais cher monsieur eric où avez-vous vu jouer cela ? Nous savons bien que beaucoup d'hommes sont intelligents et qu'il n'est nul besoin de les "séduire", de pour ainsi dire les tromper avec des "parfums" pour leur faire embrasser la cause gynarchique, regardez autour de vous, visitez ce site, ils sont libres et ils viennent faire allégeance, et nous ne cachons pas nos intentions tyranniques, et ils sont demandeurs, et ils sont apprentis. Et nous n'adaptons rien suivant les acceptations du mâle mais suivent notre humeur, et lui il s'y adapte, et là nous respirons tous mieux.
C'est compris eric ? Eric - 29 Juil 2005, 20:33
Sujet du message: Gynarchie et éducation Bien chère Josiane,
Je pense avoir bien compris le sens et l’intensité de votre message.
Pour commencer, J’aimerais vous dire que j’ai beaucoup apprécié votre réaction à ma lettre, ainsi que celle de dame Anne, bien entendu.

L’une et l’autre m’avez un peu éclairé sur les relations gynarchiques. Dame Anne sur l’aspect tactique de l’évolution de la société et vous, sur l’aspect – tout aussi important – des relations qui uniront l’homme et la femme. C’est à vous, chère Josiane, que j’ai souhaité répondre aujourd’hui.

Premièrement, j’ai beaucoup apprécié votre réponse car elle m’a parue sensible et passionnée. Deux qualités que j’apprécie fortement, croyez-le bien.

Deuxièmement, vous m’avez surpris car, à travers mon écrit et certaines réflexions dans votre réponse, vous avez remarquablement cerné une partie de ma personnalité.

J’aimerais cependant vous préciser l’objectif de ma lettre et vous expliquer pourquoi elle était dénuée de tout sentiment.

J’ai principalement reçu une formation de technicien et de tacticien (stratégie et psychologie) et, mon intervention était basée sur le mode technique avec pour sujet et objectif : comment faire progresser le mouvement gynarchiques dans la société actuelle et surtout parmi les hommes. Non pas que je ne voulais écarter les femmes de la société mais parce que je ne m’estimais pas capable de parler de cet aspect du problème, croyez-le bien.

Il n’y avait donc, dans mon esprit, que l’objectif d’offrir des idées ou des pistes de réflexions à la sororité et de lui apporter mon aide, si possible.

En ce qui concerne mon petit exposé sur le contrat et la préservation du « droit au plaisir » pour les mâles. Mon analyse représentait une évolution ( maladroite, j’en conviens ) de ce que pourrait devenir un contrat de mariage futur, en favorisant l’idée d’une société où les mentalités entre femmes et hommes « évoluent » mais pas qui se « révolutionnent », comme le préconise Dame Anne.

Croyez bien, chère Josiane, que j’ai lu attentivement les différents forum de ce site et qu’à plusieurs reprises, des dames, beaucoup moins sentimentales que vous ont préconisé la chasteté totale et définitive pour leurs mâles. Certaines allant même jusqu’à rechercher le moyen de castrer et d’émasculer les mâles. D’autres, au contraire, plus pondérées, laissaient la possibilité pour leurs mâles de vivre une sexualité particulière (masturbation contrôlée ou homosexualité contrôlée). Bien que ces dernières recueillaient plus ma sympathie que les premières, aucunes d’entre-elles n’ont fait état de sentiments, d’amour ou de partage de plaisirs (ou n’ont pas voulu faire transpirer ce sentiment). Là, une fois de plus, vous m’avez percé à jour car il est vrai que, au travers de ce que j’ai lu, j’ai réellement très peur de l’arbitraire féminin de manière excessive et si jamais j’ai voulu jouer à l’avocat, (vous avez encore raison) c’est uniquement par esprit de rendre acceptable pour le mâle une société gynarchique, tout comme une réelle négociation syndicale en entreprise. (votre sixième sens est remarquable)

Mais d’après vous, je suis un jouisseur sans cœur et sans raison.

Votre critique est dure car c’est exactement ce que je ne veux pas être. J’aimerais franchement vous faire changer d’avis à mon propos.

La première femme que j’ai connu, je l’ai épousée dès la fin de mes études. Je ne l’ai jamais trompée et je ne lui ai jamais menti. Quand elle est décédée, ce fut une satisfaction pour moi d’avoir agit ainsi envers elle mais je ne m’estime pas pour autant avoir été un mari idéal. J’étais jeune et me battais pour mes idéaux, entre autres politiques et environnementaux et je ne lui ai jamais fait la cuisine, jamais aidé à nettoyer la maison. Me retrouvant seul, je me suis chargé de toutes ces tâches et vous ne pouvez pas savoir à quel point, sachant tout ce que je sais maintenant, je regrette de ne pas avoir partagé ses choses avec elle.

J’ai ensuite rencontré une femme divorcée avec quatre enfants assez turbulents. J’ai corrigé le tir avec elle, en faisant le maximum pour faciliter sa vie familiale, me chargeant de rénover sa maison, me chargeant d’un maximum de corvées ménagères et, c’est le plus important, en faisant le maximum pour lui procurer une vie affective et sexuelle exceptionnelle.

Pour ce faire, nous sommes devenus semi-libertins. Cela veut dire qu’elle a le droit de rencontrer d’autres hommes à l’occasion mais qu’il est convenu que je n’ai pas ce droit. Je suis toujours présent quand elle reçoit un ami et m’occupe du souper, du service et lui assure toute l’intimité souhaitée avec son amant. (Je me doute que cet aveu me sera reproché dans des courriers ultérieurs mais mon plaisir passe avant tout par son plaisir).

Enfin, je tente par tous les moyens de l’intéresser à la domination féminine et de l’inclure dans notre relation mais, malgré mes efforts, elle conçoit de dominer d’autres hommes mais pas moi. Pourquoi, parce qu’elle ne veut pas risquer de me voir sous un angle qui lui plairait moins. Alors, je redouble de stratégie et, maintenant qu’elle a accepté l’idée de rencontrer une femme, je lui en recherche une qui pourra d’une part lui convenir sentimentalement et intellectuellement et qui l’initiera à une telle relation dans notre couple.

Bien chère Josiane, je pense que vous trouverez encore bien des critiques à formuler à la suite de cette lettre et vous aurez sans doute encore raison mais sachez que la notion de gynarchie est nouvelle pour moi, que j’ai encore beaucoup à apprendre sur ce sujet mais que chacun l’idéalise selon son vécu ou ses aspirations. Si vous me dites que tout ce que je fais, c’est en définitive pour moi, vous aurez sans doute raison mais je souhaite que cela soit aussi un « plus » épanouissant pour mon amie.
Je suis dans ma deuxième vie et mes problèmes de santé ne me laisse pas espérer une longue vie. Je l’organise donc avec un maximum de loisirs et de plaisirs mais mes plaisirs passent passionnément et intrinsèquement par les siens. Je peux vous l’assurer sans craintes.

Bien à vous et ceux qui vous sont chers.
Eric. Anne - 30 Juil 2005, 10:06
Sujet du message: Pourquoi ne nous rejoindriez-vous pas à Genève tous les deux ? L'expérience et le point de vue de ta compagne pourraient être fort intéressants (et elle aurait un choix assez vaste de soumis pour 24 heure s !).
Adresse probable :
http://gynosupremacy.net/index.html ou
http://gynosupremacy.net/modules.php?name=Forum
Voir aussi à http://school.gynosupremacy.net/
« Modifié: 03 juillet 2010, 01:23:00 pm par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #2 le: 16 avril 2006, 07:29:13 pm »
Autre texte biblique de la gynarchie internationale :

Citation
L'ESCLAVE MÂLE : ANIMAL, VEGETAL OU MINERAL ?
poèmes [ ]
par Aline d'Arbrant, professeur à l'I.M.E.G.(1) de France
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par Aline d'Arbrant [Aline_d'Arbrant]
2004-09-08  


Les Femmes dominantes, propriétaires d'un ou plusieurs esclaves, ont souvent une vision trop sommaire de la psychologie des mâles qui les servent. Elles ont tendance (mais c'est une réaction très normale dès qu'on commence à prendre l'habitude de la soumission des mâles) à assimiler leur esclave à un objet, à un robot domestique dénué de sensations ou de psychologie. C'est une erreur. Certes, le soumis mâle a une psychologie très rudimentaire qui l'assimile plus à l'animal qu'à l'être humain. On l'éduque comme un âne avec la carotte et le bâton, on le dresse comme l'écuyère dresse son cheval de cirque, on le fait agir par réflexe conditionné comme les chiens de Pavlov... Ceci est parfaitement exact. Cependant son systême de pensée mérite tout de même quelque analyse, aussi brève et succincte soit elle. Nous avons vu dans un autre article (2) que le soumis devait intérioriser les goûts et les idées de sa Maîtresse tout en tentant au maximum de se rapprocher d'elle par l'imagination permanente, et en temps réel, de ses sensations de Femme supérieure dont il ne peut avoir naturellement la moindre idée. Ce dépassement psycho-sensoriel auquel le soumis doit être astreint en permanence pour tendre vers l'idéal féminin, auquel il ne peut bien sûr pas prétendre, peut également être transcendé dans un progressif renoncement cognitif.

Son état hybride, mi-humain mi-animal, est souvent inconfortable pour l'esclave. Son esprit toujours tendu vers les sensations inconnues et hors de son atteinte qu'éprouvent les Femmes supérieures, et sa Maîtresse en particulier, les travaux qu'il effectue quotidiennement pour elle et l'adoration qu'il lui voue en silence, l'aident sans doute à vivre son infériorité naturelle et son destin servile mais, hélas, ne peuvent suffire à lui faire oublier sa profonde inutilité générique. C'est pour cela que, souvent sous l'impulsion d'une Maîtresse un peu psychologue mais quelquefois par quelque pulsion personnelle, s'enclenche chez l'esclave un véritable processus de réification qui est très loin d'être dommageable, tant pour lui même que pour sa Maîtresse a fortiori.

Il y a, nous semble-t-il, trois grandes étapes à cette intéressante "chosification" du mâle.

La première est en quelque sorte "immobilière". Le soumis entre dans une maison ou un appartement auquel il va être rivé (au sens figuré, mais aussi souvent au sens propre). Il appartient à la demeure de sa Maîtresse autant qu'à elle-même. Son horizon de vie (laquelle est devenue par nature essentiellement domestique) est limité par ses murs et l'une des tâches principales qu'il doit accomplir est de veiller à la propreté et au rangement de tout ce qui est enfermé entre ses murs. Son identification première avec l'espace immobilier dans lequel il est placé, parfois auquel il est enchaîné définitivement (3), est un premier pas dans le processus de réification du soumis mâle.

La seconde étape est "mobilière". Le mâle attaché à un lieu, et dont la fonction principale est de veiller à l'entretien de celui-ci et de ce qu'il contient, parfois à cause de la façon dont il est maltraité ou simplement ignoré par la population féminine qu'il doit servir ou, très souvent aussi, grâce à une conscience aiguë et intrinsèque de son infériorité naturelle, sent obscurément qu'il est utilitairement et psychologiquement beaucoup plus proche des meubles de la maison que des Femmes, par trop supérieures à lui, qui y vivent régulièrement. D'ailleurs, il accepte très facilement (voire apprécie dès les premiers jours de son asservissement !) d'être utilisé longuement comme n'importe lequel des autres meubles de sa Maîtresse (4). Ces autres meubles, qui sont en définitive ses principaux compagnons, peuvent devenir aussi ses rivaux. Un bon soumis utilisé comme repose-pieds par une Femme aura à coeur de rester au moins aussi stable qu'un vulgaire tabouret de bois. Il serait vexé de se voir préférer son compagnon d'essence végétale ! A l'inverse, il se montrera fier de pouvoir, contrairement à son confrère portemanteau, s'avancer jusqu'à celle qui aura suspendu, par exemple, ses vêtements de pluie et son chapeau à ses bras tendus ou sur sa tête. Peu à peu, cette fonction mobilière du mâle doit prendre le pas sur toutes ses autres fonctions plus animales jusqu'à, par exemple, ne plus croire qu'il est un esclave en train de laver le linge de sa Maîtresse mais bel et bien un lave-linge perfectionné en cours d'utilisation par celle-ci ou une autre Femme sachant le faire fonctionner.

Enfin, fétichisme aidant, l'esclave se met souvent à envier puis jalouser les vêtements ou les sous-vêtements de sa Maîtresse, surtout quand celle-ci lui interdit tout contact direct avec son corps divin de Femme. Pendant la lessive à la main d'un soutien-gorge ou d'une culotte, ou lors du repassage méticuleux d'une robe, le mâle soumis imaginera ce joli linge collé à la peau de sa Maîtresse, frôlant sans cesse son corps et ses formes, s'imprégnant de son parfum et de son odeur intime, tous plaisirs à lui interdits. Aussi appréciera-t-il d'autant plus le choix que la Femme peut faire de choisir un placard comme lieu de remisage de son esclave. Les étages supérieurs de ce placard étant réservés aux vêtements, sous-vêtements ou chaussures de sa Maîtresse, l'étage inférieur affecté au mâle pour ses périodes de repos ou quand sa présence est indésirable dans les pièces résidentielles des Femmes. Lentement mais inéluctablement, le sujet soumis s'objectivise et devient une chose utile. Le processus de réification est accompli.

Objet "pensant", certes, mais objet tout de même, le mâle gagne à être très rapidement "chosifié" et assimilé au reste du trousseau de sa Maîtresse. Tout y gagne en clarté dans les rapports Femme/mâle (ou Maîtresse/esclave, ce qui revient au même). Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place, dit la sagesse populaire. La Femme dominante aura a coeur de faire pénétrer cette maxime dans ce qui sert de cerveau à son esclave, tout en lui faisant bien comprendre qu'il est bel et bien devenu réellement une chose, sa chose, et qu'il doit rester définitivement à sa place de chose, pour laisser vivre les Femmes à leur place de Femmes.


(1) Institut Mixte d'Education Gynarchiste.

(2) Vivre la vie de sa Maîtresse, apprentissage et réussite de la vraie servitude masculine.

(3) Dans le monde futur entièrement gynarchisé que nous souhaitons, pourquoi ne pas donner le statut d'"immobilier" à certains esclaves mâles qui pourraient être cédés, dans les transactions immobilières de particulière à particulière, en même temps que le logement auquel il serait affecté et rivé, comme l'évier, la baignoire ou le trône des toilettes ? Cette mesure présenterait l'avantage d'avoir un esclave toujours parfaitement au courant de l'entretien nécessaire à toutes les parties du logement en cours de cession. Certains appartements pourraient même prendre une certaine valeur immobilière grâce au mâle qui y serait fixé.

(4) Tabouret, lampadaire, table, porte-manteau, etc., les possibilités mobilières d'un mâle sont innombrables...
« Modifié: 03 juillet 2010, 01:23:34 pm par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #3 le: 16 avril 2006, 07:32:07 pm »
Extrait de "Quand la femme vint au pouvoir"

EXTRAIT DE QUAND LA FEMME VINT AU POUVOIR d'Aline d'Arbrant (chapitre V, 1).


 

            Sabine Dacier avait procédé elle-même à l'organisation des Camps Spéciaux d'Internement. Aussi était-elle particulièrement fière quand elle fit visiter celui de Tours, sa ville natale, à Marie-Pierre Horin, avec qui, par ailleurs, elle venait de se mettre en ménage, le mari de celle-ci, depuis quelques jours arboraient avec fierté son insigne triangulaire d'Auxilaire Masculin Privilégié.

            La porte du Camp s'ouvrit devant les deux Ministres pour leur offrir dès l'entrée un spectacle inattendu. Apparemment, aucune présence masculine. Seules, quelques gardiennes en uniforme de cuir noir déambulaient dans l'enceinte fortifiée du camp. Elles étaient élégantes et particulièrement excitantes dans leur tenue officielle créée par Amanda Kred, la ministre de l'Industrie, et confectionnée par ses propres mâles. A part leur pistolet réglementaire pendant contre leur hanche, les jeunes femmes n'avaient comme arme qu'un petit boîtier de télécommande à la main.

            En s'avançant Marie-Pierre constata que le sol qui semblait vitrifié était en fait constitué par de grande plaques de verre très épais sur lesquelles avançaient les gardiennes grâce à des chaussures à semelles caouchoutées.

- Mais, Sabine, demanda la Première Ministre, où sont donc les mâles rebelles ?

- Regarde par terre, chérie.

            Baissant les yeux, Marie-Pierre eut un sursaut de surprise en découvrant sous elle, dans d'étroites petites cellules fermées simplement en haut par les épaisses dalles de verre rivetées, des hommes complètement nus, un par cellule, assis, couchés ou debout selon la largeur de celle-ci.

- Mais ils voient mes fesses ! s'exclama-t'elle en plaquant sa jupe sur ses cuisses. Quelle horreur !

- Laisse donc. Ils n'ont que ça à voir jusqu'à leur mort. Et la plupart d'entre eux ne sont plus des êtres humains depuis longtemps. Regarde les gardiennes ! Elles s'en fichent bien, elles !

            Effectivement les jeunes-femmes ne semblaient pas s'inquiéter du spectacle qu'elles offraient aux habitants du sous-sol. Parfois, l'une d'entre elles, paraîssant découvrir quelque chose sous ses pieds, utilisait quelques secondes sa télécommande, constatait les conséquences de son geste puis reprenait tranquillement sa promenade.

- Que fait-elle ? demanda Marie-Pierre.

- Son boîtier de télécommande lui permet, d'en haut, de gérer totalement la vie des prisonniers d'en bas. Elle doit d'abord composer le code d'accès de la cellule qui l'intéresse. Elle a alors le choix entre cinq fonctions différentes. D'abord l'ouverture de la. trappe de verre (quand un nouveau prisonnier est amené). La distribution de nourriture (qui se fait par un système de conduits pneumatiques). Le lavage (un jet d'eau puissant nettoie le sol, les murs et l'occupant de la cellule). L'évacuation (l'eau, les restes et les excréments sont emportés vers les égouts). Et l'élargissement ou le rétrécissement des cloisons latérales.

- C'est vrai. Ils n'ont pas droit tous à la même surface vitale ?

- Non, ma chérie, continua d'expliquer Sabine. Cela dépend de leur comportement et de l'importance de ce qui leur est reproché. Les gardiennes sont seules juges. Elles peuvent accorder les deux mètres carrés maximum (un mètre sur deux) qui leur permettent de s'allonger par terre s'ils le désirent ou rétrécir la surface au sol pour qu'ils ne puissent se tenir qu'assis ou debout.

- Celui-ci qui nous regarde d'un drôle d'air ne peut même pas bouger !

- Gardienne !

- Oui, Madame la Ministre ?

- Qu'a fait cet homme ?

- Oh, celui-ci ! fit la jeune-femme en uniforme en désignant du pied le visage tendu vers elles. C'est un râleur. Jamais content ! Il n'en a plus pour très longtemps, de toute façon. Chaque jour, je rapproche les cloisons de sa cellule d'un centimètre.

- Il va finir par être étouffé ? demanda Marie-Pierre intéressée par le supplice de l'homme dont le regard ne quittait pas ses dessous. Cela fait-il longtemps qu'il est dans cette position ?

- Plus d'une semaine, Madame la Première Ministre. Mais croyez-bien que, pour lui, cette semaine représente une véritable année ! Quant à étouffer, je ne sais pas. Certains meurent effectivement par étouffement mais d'autres attendent d'être complètement écrasés avant de rendre l'âme !

- Les cloisons, en effet, peuvent se rapprocher jusqu'à se toucher, expliqua Sabine plus en détails. Ainsi les prisonniers sont réduits en une bouillie sanglante qu'il ne nous reste plus qu'à évacuer par les égouts, comme leurs excréments...

- Quelle horreur !

- Mais non. Ce ne sont que des rebelles machistes !

 
Retour au catalogue
« Modifié: 09 mars 2007, 02:13:06 am par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #4 le: 16 avril 2006, 07:33:40 pm »
Civiliser les mâles, qu'elles disent :

Regardez aussi cette bonne éducation matriarcale :

La découverte.
Copyright: TheValkyrie.com


Je vis chez maman, j'ai 17 ans, je suis timide et toujours puceau.
J'aime les femmes mais, je n'arrive pas à les aborder. Je mesure 1m80
pour 72 kg, je me crois plutôt mignon. Je suis très complexé par la
taille de mon sexe qui ne dépasse pas 11cm en érection. Maman,
Catherine, est une très belle femme de 46 ans, 1m64 pour 42 kg. Elle
est médecin et nous assure une vie agréable. Elle est veuve depuis
cinq ans, et je ne lui connais pas de relation, même si je sais
qu'elle a des amants. Elle est toujours vêtue de manière stricte comme
son caractère, elle est une femme de tête et surveille mes études,
moyennes, et mon éducation.
Nous vivons dans sa maison, au premier étage, ma chambre est aménagée
dans les combles. Son cabinet occupe le rez-de-chaussée.
Hier après les cours je suis rentré à la maison, j'ai salué Valérie,
l'assistante de maman. Elle est mignonne, 25 ans, environ 1m70. Elle se
moque souvent de moi, à travers des remarques blessantes, profitant
que je ne réponde jamais, préférant fuir, comme un voleur.
Je suis monté à l'étage, je me suis changé, enfilant un caleçon, puis
je me suis allongé et j'ai pris une revue de charme, j'ai commencé à
me caresser. Au bout de quelques instants, ma queue bien dure, je me
suis levé, j'ai fermé la revue, je la posai sur la table de nuit et je
suis allé dans la chambre de maman. J'ai ouvert son armoire, et je me
suis emparé d'une jolie paire de sandales noires avec 5 cm de talon.
J'ai caressé la paire de chaussures, je l'ai reniflé, je l'ai
embrassé. Puis je suis retourné dans ma chambre, j'ai sorti mon sexe
du caleçon, et je l'ai glissé dans l'une des sandales. J'adore me
masturber avec les chaussures de maman. J'ai commencé un lent va et
vient, suçant le talon de l'autre sandale. J'ai jouit rapidement, yeux
fermés. Un applaudissement a ponctué mon éjaculation. J'ai ouvert les
yeux, maman s'est approchée de moi elle s'est emparée de ses sandales.
Maman, je peux t'expliquer ...
M'expliquer quoi, que tu es un pervers? Regarde ma sandale!
Mon sperme degoulinait de la sandale, je vis maman regarder mon
membre, qui dégonflait. Elle sourit.
Pas plus gros que le sexe de ton père, me dit-elle
Je rougis, elle posa ses sandales, et vint s'asseoir sur le lit.
Tu vas nettoyer mes sandales et les ranger, je ne veux plus que tu
recommences, compris?
Oui ...  Oui maman, j'étais rouge comme un pivoine
Elle se pencha sur ma table de nuit et s'empara de la revue de charme.
De mieux en mieux, tu me déçois, Eric, beaucoup. Il va falloir que je
resserre la vis!
Elle ouvrit les tiroirs de la table de nuit, je craignais ce geste;
Elle découvrit d'autres revues, des livres et une vidéo. Quel
imbécile, j'aurais pu trouver une autre cachette. Elle balança les
revues dans la poubelle et s'attardât sur les trois livres
La Gynarchie, dit-elle, tout un programme! La domination féminine!
Mes fouets, mes bottes mes males! Et la cassette, I will Bust your
balls! Eh bien, Eric, je pari que tu es maso!
Je voyais les jolies mains de maman caresser la couverture des livres,
elle semblait songeuse. Elle croisa ses jambes, son pantalon découvrit
sa cheville et son pied joliment chaussé de chaussures Chanel. A ma
grande honte je vis mon sexe se redresser. Je n'osais pas bouger,
hypnotiser par la vision du pied de maman.
Tu me les prêtes?
Maman me regardait, brandissant les livres et la vidéo. Je ne répondis
pas, elle se leva et cala ses prises sous son bras.
J'ai du boulot, je dois descendre, nettoie mes sandales et prends une
douche, puis tu descends dans la salle d'attente et tu attends.
Oui, maman.
Elle se pencha et posa l'extrémité de son index sur mon méat urinaire.
On va reparler de tout ça, de tes goûts, de cette petite chose etc!
Elle sortit de ma chambre.

J'attendais depuis près de deux heures, tous les patients étaient
partis, Valérie s'était éclipsée, non sans m'avoir prévenu:
Ta mère semble remontée contre toi, il parait que tu es un vilain
garçon!
J'attendais, fixais la pendule qui indiquait 19h30. Maman arriva.
Suis moi.
Je me levais et la suivais dans son cabinet. Elle m'ordonnait de me
dévêtir, je m'exécutais enlevant mon tee-shirt, mon short et mon slip.
Une nouvelle fois mon sexe semblait se raidir. Elle me fit asseoir, et
s'assied derrière son bureau.
Bien, Eric, j'ai feuilleté tes livres, je les lirai entièrement, mais
il n'y a que deux possibilités. La première, je t'envois chez un
psychiatre. La seconde, j'applique ce qu'Aline d'Arbrant dans son
livre sur la Gynarchie préconise page 50, la domestication du mâle, ta
domestication! Que préfères-tu?
La seconde solution, maman.
Très bien, je préfère aussi. Mais j'ai réfléchi, pour cela, tu devras
abandonner tes études, tu seras forcement puni, je vais lire ces
livres je regarderai la vidéo.
Maman c'est levé, elle se dirige vers moi, pose sa main sur mon
épaule, je frissonne, mon sexe est tendu, heureux de mon futur. Elle
me dit:
Tu vas t'allonger sur la table d'auscultation!
J'obéis, je m'allonge, maman pose mes jambes sur les chevalets prévus
pour écarter les jambes. Elle les attache. Elle se place entre mes
jambes, pose sa main sur mon pénis. Il frémit, je sens un plaisir
coupable à me  faire manipuler ainsi. Sa main se retire, elle enfile
des gants de caoutchouc. Sa main droite s'empare de mes testicules, en
sélectionne un et l'écrase doucement puis de plus en plus fort. Je
gémis, mais maman me regarde, souriante, me fait signe de me taire.
Tu te masturbes depuis longtemps dans mes chaussures?
J'ai le souffle coupé, elle a ponctué sa question en serrant fortement
mon testicule.
Ma ...  Maman ...  J'ai mal!
Tu es masochiste! Réponds!
Depuis ...  Depuis un an ...  Maman ...
Voila mes premiers ordres, tu prépares mon repas, tu ranges tout quand
j'ai mangé, puis tu te couches, je vais téléphoner à ton proviseur,
demain et lui dire que tu ne peux plus continuer tes études. Une
excuse médicale, on verra.
Elle serre fortement mes noisettes, je crie, elle me relâche, inspecte
mon ventre, le pince, le malaxe durement. Elle se place à mes cotés,
me regarde, et déclenche une série de gifles.
Au travail, mon chérie.
Elle me détache, je me rhabille et file préparer le repas, ses ordres
son clairs, je suis privé de dîner, je la sert, c'est tout! J'officie
de mon mieux, soucieux d'être parfait, épaté par les qualités innées
de maman à se transformer en quelques heures en redoutable maîtresse.
Elle est impitoyable, me giflant à tout bout de champ. Enfin vers 23
heures, je peux aller me coucher. Je m'allonge, nu, comme maman me l'a
ordonné. Je suis épuisé par les émotions et j'éteins la lumière.
Je dors depuis deux heures, d'après  mon réveil lorsque la lumière
s'allume. Maman s'avance, vêtue d'un simple kimono et chaussée de
mules. Je devine sa nudité sous le kimono. Maman est très belle. Elle
s'assoit sur le lit, repousse ma couette et je la vois saisir mes
testicules d'une main, à nouveau elle les serre. Je gémis, à peine
réveillé. Mon pénis qui s'était redressé se ramollit, elle ne parle
pas. Puis  de son autre main, saisit mon pénis, Elle l'encercle de ses
doigts et commence une masturbation en règle. La pression sur mes
testicules disparaît, elle me libère, mon sexe se durcit. Je la
regarde, elle voit dans mes yeux l'amour que je lui porte. Je vais
jouir. Mais maman est une femme d'expérience, elle arrête ses
caresses. Je suis allongé sur le flanc. Elle se lève et sort de son
kimono une cordelette. Elle me lie les poignées derrière ma tête, puis
me pousse pour que je sois sur le dos. Elle pose sa main sur ma
bouche, fermement. Mon sexe est dressé, elle est souriante, sure de sa
force. Je son poing se serrer, et s'abattre sur mes couilles. La
douleur est intense, j'étouffe un cri dans sa main. Elle se lève et se
dirige vers la porte, éteins la lumière.
Très bien ta vidéo, je sens que je vais bien m'amuser.


elricnec@aol.com

Fin de citation.

Rappelons le Code Pénal:
Art. 222-26 :
Le viol est puni de la réclusion criminelle à perpétuité lorsqu'il est précédé, accompagné ou suivi de tortures, ou d'actes de barbarie. ...
Art. 222-27 :
Les agressions sexuelles autres que le viol sont punies de cinq ans d'emprisonnement et de 500 000 F d'amende
(ici chacun modernisera mon NCP, un peu ancien).
Art. 222-28 :
L'infraction définie à l'article 222-27 est punie de sept ans d'emprisonnement et de 700 000 F d'amende :
1° Lorsqu'elle a entraîné une blessure ou une lésion ;
2° Lorsqu'elle est commise par un ascendant légitime, naturel ou adoptif, ou par toute autre personne ayant autorité sur la victime ; ...
Il y a aussi quelques articles pénaux sur les incitations par voie de presse à commettre des crimes et délits.

Mais bon, tout le monde s'en fout, n'est-ce pas, puisqu'il s'agit ici d'une oeuvre sacrée : l'établissement de la gynarchie absolue, et que la victime n'est rien qu'un mâle...

Tout le monde s'en fout, puisqu'il est établi que féminin, féministe et misandre impliquent "bien", et que toute résistance à la misandrie triomphante implique "macho et mal".

Tout le monde s'en fout, puisque la gauche est malade du féminisme, et qu'elle demeure incapable de s'en remettre, que pour elle féminin, féministe et misandre impliquent "bien", et que toute résistance à la misandrie triomphante implique "macho, réactionnaire et mal".

Nous sommes dans les conditions d'une guerre indienne.


Et c'est loin d'être épuisé, dans le genre "civilisateur" :
http://www.thevalkyrie.com/stories/french/mamanaladcouverte.txt
http://www.thevalkyrie.com/stories/french/ etc. etc.

    * Amazones
    * Un mariage infernal - Chapitre 1 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 2 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 3 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 4 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 5 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 6 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 7 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 8 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 9 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 10 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 11 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 12 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 13 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 14 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Un mariage infernal - Chapitre 15 Une femme asservit totalement son mari par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * La saga de Axiline 2ème épisode Le début de la soirée chez Charles et Véronique le premier combat Par Violente violente@net-up.com (05/May/01)
    * Amanda Traduit librement par elricnec@aol.com (30/Jan/04)
    * L'Amazone de la ceinture rouge deuxième partie La suite des aventures d'Eve et Nicolas Noël Burch nburch@wanadoo.fr (30/Aug/99)
    * L'amazone de la ceinture rouge Policier : Éve, une redoutable spécialiste et des arts martiaux, aide un ami handicapé… Noël Burch nburch@wanadoo.fr (10/Aug/99)
    * Amazons Sexual Destruction By DTM, traduit librement par Elricnec@aol.com (04/Dec/01)
    * Angela, part 1 Par Obsessed2001@aol.com (28/Mar/01)
    * Angela, part 1 Par Obsessed2001@aol.com (28/Mar/01)
    * L’ascenseur Un voyage en ascenseur avec une femme puissante et sans pitié, change la vie d’un homme. (19/Mar/01)
    * la saga de Axiline toisième épisode le second combat. L’Hyène contre Safo par violente@net-up.com (18/May/01)
    * La Saga de Axiline Quatrième épisode Le combat de Mounn et Axiline par violente@net-up.com (06/Jun/01)
    * La Saga de Axiline 5ème épisode Le combat mixte de Eve et le duel des catcheuses d’après violente@net-up.com (21/Jun/01)
    * La Saga de Axiline. Sixième épisode Une bagarre entre Belle-mère et Brue. Prélude à un combat plus sexuel violente@net-up.com (21/Jun/01)
    * La saga de Axiline. Huitième épisode Deux amies sur la route d’Amsterdam pour devenir ennemies by violente@net-up.com (11/Sep/01)
    * La Saga de Axiline - 7ème Episode. Leçon de lutte sexuelle pour Maria Violente@net-up.com (26/Sep/01)
    * La Saga de Axiline 9ème épisode Premiers combats dans la cage à Amsterdam d’après violente@net-up.com (24/Oct/01)
    * La Saga de Axiline - 10ème Episode Pétra et Ingrid dans la cage à Amsterdam violente@net-up.com (28/Nov/01)
    * La Saga de Axiline - 11ème épisode Josette et Anne Marie, deux banales commerçantes d’environ 50 ans by violente@net-up.com (21/Jan/02)
    * La Saga de AXILINE 12ème Episode Dans la cage à Amsterdam, un mixte avant le combat des bodybuildeuses violente@net-up.com (01/Mar/02)
    * La Saga de Axiline 13ème épisode Dans la cage à Amsterdam le combat des deux bodybuildeuses violente@net-up.com (11/Apr/02)
    * La Saga de Axiline 14 ème Episode La belle Mary affronte Axine en combat dans la cage à Amsterdam violente@nrt-up.com (23/Jul/02)
    * Report card ball bashing by Kandor (08/Dec/01)
    * Ballbusting au collège (03/Dec/01)
    * Les cousines éclateuses de couilles... L'histoire contient matière sexuellement explicite et devrait être lue par des adultes seulement. (21/Dec/01)
    * Ballbusting au collège , la suite (27/Dec/01)
    * Ballbusting entre amis Justine et Caro se bagarrent  (27/Dec/01)
    * Ballbusting.. Justine et caro à la plage .... (27/Dec/01)
    * Ball-busting : La cousine Par kacz@ix.netcom.com Caligula (22/Mar/01)
    * Ball-busting : La Mère Par kacz@ix.netcom.com Caligula (25/Mar/01)
    * Ball-busting : les jumelles Par kacz@ix.netcom.com Caligula (25/Mar/01)
    * Ball-busting : La demi-sœur Par kacz@ix.netcom.com Caligula (27/Mar/01)
    * Britney Spears vs Pamela Anderson Les deux stars s'affrontent à la lutte Lili (24/Apr/00)
    * Le camp de vacances (14/Feb/05)
    * Carole et Valérie épisode 2 (14/Oct/02)
    * Catherine, 1er épisode Catherine “Maman très chère” lutte nue pour sa fille, et perd honteusement. Par l’Ange Païen (08/Aug/98)
    * Catherine, 2ème épisode Catherine et Marie résolvent “Une affaire de femmes” entre elles… et comment. Par l’Ange Païen (08/Aug/98)
    * Catherine, 3ème épisode Catherine cherche sa “Vendetta” sur Nelly, à mains nues, nues, au finish, ivres de rage. Par l’Ange Païen (08/Aug/98)
    * Cathy (03/Jul/99)
    * Cathy 2 par Marco (03/Jul/99)
    * Caverne 1 A l’âge de Feu, un combat du chef de clan by violente@net-up.com (26/Jun/02)
    * Caverne 2 Un jour ordinaire dans la vie des femmes du clan par violente@net-up.com (12/Jul/02)
    * La châtelaine (13/Feb/04)
    * La soeur de la Cheerleader La petite soeur d'une cheerleader donne une lecon a un joueur de football Par MBP, Mbpmw@aol.com (23/Jun/97)
    * Chloé Un prof de sport découvre une élève hors du commun. Par Skvall, sqkvall@caramail.com (26/Aug/02)
    * Cindy Crawford/Laetitia Casta VS Claudia Schiffer/Heidi Klum Lili Combat de top modèles par équipe (12/Aug/00)
    * Cindy Crawford vs Charlize Theron Lili Un autre combat de lutte (18/May/00)
    * Claire - 1ère partie Comment un mari au chômage doit accepter sa nouvelle position d'esclave par escribe1@caramail.com (27/Sep/05)
    * Claire - 2ème partie Louis est dressé par une amie de sa femme, Jeannette par escribe1@caramail.com (28/Sep/05)
    * Claire - 3ème partie Claire prend la suite du dressage de son mari commencé par Jeannette par escribe1@caramail.com (03/Oct/05)
    * Claire - 4ème partie Claire prête son mari à Fiona, une collègue de travail par escribe1@caramail.com (07/Oct/05)
    * Claire - 5ème partie Louis apprend à servir Fiona et participe aux préparatifs de la soirée par escribe1@caramail.com (25/Oct/05)
    * Claire - 6ème partie La soirée continue : Louis est utilisée par Paula, la soeur de Fiona par escribe1@caramail.com (12/Dec/05)
    * Coercition. (02/Jun/03)
    * krsopt 1ère partie (05/Nov/03)
    * krsopt 2ème partie (05/Nov/03)
    * krsopt 3ème partie (05/Nov/03)
    * krsopt 4ème partie (05/Nov/03)
    * krsopt 5ème partie (05/Nov/03)
    * Le Congrès. 1 d’après Aube Saine Le 1er jour vers 17 heures. Lvanduvan@net-up.com (14/May/03)
    * Conspiration maternelle D'après SITJ akanaive (12/Mar/01)
    * Crushed par GG. Une histoire courte par GG, une histoire pour valkyries et leurs admirateurs pressés. (30/Sep/00)
    * Castration universelle. Par Ian Clifford, ian@canuck.com (20/Mar/01)
    * La dentiste broyeuse de testicules…… (12/Jan/01)
    * Education, suite: (02/Jun/03)
    * Électrique Une jeune femme devient incroyablement forte. par Paul Smith (17/May/98)
    * slave elric by Elricnec@aol.com (13/Oct/02)
    * Laura et Marc - Cabine d'essayage - Part II Laura doit maintenant affronter les deux puissants videurs Par Enil, enil@freesurf.fr (27/Oct/04)
    * Her toys Traduction libre par elricnec@aol.com by Sturgeon. (03/Apr/02)
    * Frédérique, 1er épisode Une jeune Française rencontre “Les Deux Anglaises et le Continent” et lutte pour Vincent. par l’Ange Païen (09/Sep/98)
    * Frédérique, 2ème épisode "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander" par l'Ange Païen (09/Sep/98)
    * Frédérique, 3ème épisode “La maman et la putain” se disputent à la lutte l’attention du jeune Vincent. par l’Ange Païen (09/Sep/98)
    * Frédérique, 4ème épisode “Chacun sa chance” quand Mireille et Brigitte luttent, TOUT permis… par l’Ange Païen (09/Sep/98)
    * Frédérique, 5ème épisode “Les Femmes s’en balancent”… Frique et Sandrine dans le souvenir de Vincent. par l’Ange Païen (10/Sep/98)
    * Frédérique, 6ème épisode “Te souviens-tu, mon amour?” Frique débat avec Vincent le test de la lutteuse Brigitte. Par l’Ange Païen (10/Sep/98)
    * Frédérique, 7ème épisode Mireille raconte ses combats et ébats avec “Les Amazones de la luxure” chez Éliane. par l’Ange Païen (10/Sep/98)
    * Frédérique, 8ème épisode “Touche pas à mon copain…” Et puis, Frique et Sandrine se battent jusqu’au KO. par l’Ange Païen (10/Sep/98)
    * Frédérique, chapitre 9 Frique chez “Douchka, sévices et ses vices”… à trois, avec Jack, le jeune boxeur noir. par l’Ange Païen (10/Sep/98)
    * Frédérique, chapitre 10 Duel nu: Pancrace 2 contre 2 Frique humiliée par Sandrine, Vincent sodomisé par Bernard par l’Ange Païen (10/Sep/98)
    * Frédérique, Chapitre 11 Duel nu: Revanche en kick-boxing? Frique & Vincent vs Sandrine et Bernard, dans un par l’Ange Païen (10/Sep/98)
    * Frédérique, chapitre 12 Branle bas le combat: Frédérique et Sandrine en catfight sauvage et jouissance douce. par l’Ange Païen (10/Sep/98)
    * Partie génitales explosées (08/Aug/02)
    * Une découverte Pour mon anniversaire ma grand’mère me met ses secrets dans les mains by violente@net-up.com (04/Jan/02)
    * Le Club des Guerriers Un jeune couple décide de s'inscrire dans un club de lutte mixte. M. Webb. Traduction: John Lindemulder lindemulder@hotmail.com (16/Sep/97)
    * Alex PremiŠre partie (30/Mar/98)
    * Humiliation Une mère apprend le respect à son fils. Traduit librement par elricnec@aol.com (30/Jan/04)
    * La hyène Elle etait couchee sur le dos et, sur cette musculeuse surface d'un noir volcanique et d'un lisse soyeux se trouvait un etrange et effrayant tatouage. By Phylogenia (06/Mar/98)
    * I Am Woman d'après Lady Luck Traduction libre par elricnec@aol.com (28/Aug/02)
    * Serré par la logeuse Jim se fait écraser par les cuisses de sa logeuse. Jim Priest (19/Jun/97)
    * Casse noisette Jim se fait écraser par les cuisses de sa logeuse. Jim Priest (20/Jun/97)
    * Une Judoka Dominatrice by Judofeet (22/Jun/01)
    * Katie Traduction par divad (25/Sep/05)
    * KEIKO Une jeune femme terrorise un camp japonais pendant le 2ème guerre mondiale dans le pacifique par Little VERZET@AOL.com (22/Feb/99)
    * Sous la loi de Kelli Une adolescente prend le pouvoir et assujetti son père. (13/Feb/04)
    * Laura et Marc - Cabine d'essayage - Part I Laura donne une leçon à deux voyeurs malotrus Par Enil, enil@freesurf.fr (08/Jun/04)
    * Le jouet Un homme découvre qu’il finira sa vie en esclave. Partie 1 Traduit librement par elricnec@aol.com d’après The Toy de Naive (30/Jan/04)
    * LA PUNITION Une jeune handicapée experte en aïkido donne une leçon cinglante à un malappris By Noël Burch (02/Aug/99)
    * Jennifer Lopez vs Shania Twain Les 2 chanteuses s'affrontent dans un combat de lutte Lili (07/Apr/00)
    * Chez le docteur (17/Mar/05)
    * Maman, la machine à masturber. Une histoire incestueuse d’une mère, purgeant sans arrêt son fils et son copain, d’après Kandor. (06/Feb/04)
    * C'est mieux avec maman Traduction libre par Elricnec (26/May/03)
    * La loi maternelle par Joe Traduction libre par elricnec (26/May/03)
    * La découverte. Copyright: TheValkyrie.com (26/May/03)
    * Education. Copyright: TheValkyrie.com (26/May/03)
    * LES ESCLAVES DE LA MANTE RELIGIEUSE Paris, 1920 : une belle aristo punit les malfrats au jiujitsu By Noël Burch (20/Aug/99)
    * L’usine des amazones pièges à jeunes (01/Dec/02)
    * L'usine des amazones 2 2 Les américaines font leur entrée (01/Dec/02)
    * L'usine aux amazones 3 Combat de chef (06/Dec/02)
    * L'usine aux amazones 4 le patrons en colère (02/Jan/03)
    * Et le rêve devint réalité  L'histoire se passe en France dans un bateau.... (30/Apr/03)
    * Martine à Hambourg Notre héroïne judokate dispute à Petra, spécialiste du kung fu, la vie de Léon Noël Burch nburch@wanadoo.fr (14/Sep/99)
    * MAX ET MARTINE Une infirmière judokate capture et " traite " à sa façon un violeur By Noël Burch (02/Aug/99)
    * Martine en vacances L'infirmière judokate, rencontre un viragophile et une méchante allemande… Noël Burch nburch@wanadoo.fr (10/Aug/99)
    * Martine fait du cinéma Martine, l'infirmière judokate, rencontre un producteur très louche... Noël Burch nburch@wanadoo.fr (30/Aug/99)
    * Tué par sa mère (20/Sep/01)
    * Mireille, Chapitre 1 - “Deux mères au tapis”, Les mères de Frédérique et Sandrine sont encore capables de se battre, et… tant et plus par l’Ange Païen. (03/Oct/98)
    * Mireille, Chapitre 2 - “Deux mères dans le ring”, Mireille et Denise n’en ont pas fini, et poursuivent leur défi de lutte comme des pros. par l’Ange Païen. (04/Oct/98)
    * Catherine et Raoul Où l’on voit Catherine décharger son spleen sur Raoul by violente@net-up.com (22/Dec/01)
    * Moshi Une adolescente tabasse et domine son cousin (06/Feb/04)
    * Mother - Daughter talk by M. C. (28/Aug/02)
    * Marié avec Nadia - 1ère partie Devenir le mari de Nadia, c'est devenir soumis et cocu par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Marié avec Nadia - 2ème partie Devenir le mari de Nadia, c'est devenir soumis et cocu par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Marié avec Nadia - 3ème partie Devenir le mari de Nadia, c'est devenir soumis et cocu par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Marié avec Nadia - 4ème partie Devenir le mari de Nadia, c'est devenir soumis et cocu par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Nadege 1 (26/Apr/03)
    * Nadege 2 (26/Apr/03)
    * Chronique de *Nathalie Gassel pour Athéna 2 (02/Jun/00)
    * Nathalie (26/Sep/04)
    * L leçon de piano par MELS (17/Feb/03)
    * Pythona L'homme pressé (21/Feb/05)
    * Le Ranch des Gladiatrices. Aube Saine lvanduvan@net-up.com (11/May/03)
    * Rencontre avec deux championnes de lutte (28/Jun/05)
    * Histoire réelle   Ames sensibles s'abstenir   (06/Aug/02)
    * Le rodéo. Trois filles vengent tous les méfaits d'un macho. by lapie (15/Sep/02)
    * Sandi : Le “porté” Sandi 6 Par David Sullivan (19/Jun/97)
    * SANDI STONE : L'INTERVIEW David Sullivan, traduit par Marco (14/Apr/99)
    * SHARON ET L'ILE DANGEREUSE Une jeune femme à la force surhumaine est mise à l'épreuve sur une île infestée (30/May/99)
    * STARLA Comment Starla est devenue si forte? par JohnM (10/May/98)
    * Stephane (25/May/05)
    * En surfant sur le net Traduction du texte de intenseman « surfing the net » par divad (16/Aug/05)
    * Sylvia humilie Renaud sur le ring... (26/Jan/02)
    * Service au tennis Un homme est puni et humilié par une jeune joueuse de tennis par escribe1@caramail.com (30/Jul/05)
    * Trop facile par Hardie (14/Apr/01)
    * Infirmière tueuse Linda détruit trois marines musclés. (30/Apr/03)
    * La saga de Axiline 1er épisode Axine se souvient de son 1er combat avec "la chanteuse" Par Violente, violente@net-up.com (01/May/01)
    * L'usine des amazones (31/Mar/03)
    * En vacance à la mer (30/Aug/01)
    * Ma Nouvelle Secrétaire. D’après Intenseman (06/Feb/04)
    * Monsieur Vénus somnambule Une aventure de Louise Lame, dominatrice, don juane et " artiste martiale " Noël Burch nburch@wanadoo.fr (30/Aug/99)
    * VIRAGO PAR AMAZONFAN TRADUIT PAR MARCO (28/Mar/99)
    * Viva La Squeeze By The Porker (31/Aug/03)
    * LES CAMBRIOLEURS par Miles traduit par Marco (14/Apr/99)
    * Weilin castre Renaud……. Cette Histoire contient des scènes extrêmement violentes et doit être lus par des adultes seulement . (24/Dec/01)
    * Je domine mon mari chapitre 1 Traduction de Dominating husband de Karen Young par elricnec@aol.com (26/Jan/01)
    * Je domine mon mari chapitre 2 par Karen Young. Karen12613@aol.com (26/Jan/01)
    * Je domine mon mari chapitre 3 par Karen Young. Karen12613@aol.com (05/Feb/01)
    * Je domine mon mari chapitre 4 par Karen Young. Karen12613@aol.com (05/Feb/01)
    * Je domine mon mari chapitre 5 par Karen Young. Karen12613@aol.com (09/Feb/01)
    * Je domine mon mari chapitre 6 par Karen Young. Karen12613@aol.com (14/Feb/01)
    * Je domine mon mari chapitre 7 par Karen Young. Karen12613@aol.com (01/Mar/01)


--
« Modifié: 09 mars 2007, 02:14:15 am par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #5 le: 16 avril 2006, 07:35:57 pm »
L'articulation entre sadisme de pointe et sadisme de masse

Quand le Putsch de Ludendorf et Hitler a échoué à München (novembre 1923), on a ri, on a pouffé de leur débilité. Leurs idées prêtaient à rire, tant elles étaient grotesques. En prison, Hitler rédigea son programme de guerre totale : Mein Kampf. Accessoirement, il en profitait pour falsifier sa biographie d'en moyenne un an, pour se confectionner une autre figure, bien plus maléfique que le lâche qu'il avait été.

Plus tard, on continua de dénier : "Oh non ! Le nazisme, c'est bien plus pur et plus noble que ces braillards de S.A. !" D'ailleurs Hitler fit assassiner Röhm, ce qui sembla régler la question.

Plus tard, on continua de dénier : "Oh non ! Les camps de la mort n'ont jamais pu exister ! C'est juste une invention de la juiverie internationale !"

Nous sommes tombés sur un vaste Meine Kampf du féminazisme, et aussitôt les dénégations sont tombées sur nous comme de la grêle : "Oh non ! Ce sont juste des ultra-minoritaires sans importance ! Pis t'es juste un paranoïaque pour avoir eu l'idée d'aller fouiller de ce côté-là, et je vais de ce pas te dénoncer à mes copines de la Sororité ! "

Les intimidations ont commencé à pleuvoir, pour nous interdire de penser l'articulation entre ce sadisme de pointe - les gynarques déclarées - et les sadiques anonymes, bien indistinctes dans le sadisme de masse, voire déjà installées à des postes-clés dans la presse et dans l'appareil judiciaire, bien installées dans leur délinquance judiciaire sexiste. Se reporter par exemple à l'émission de propagande anti-pères de Myriam Tonoletto et Marc Hansman, qui faisait la part si belle à leurs ineffables complices Hélène Palma et Martin Dufresne, militants fanatiques de la guerre sexiste, sur Arte, le 22 mars 2005.

Nous disposons de deux précédents à étudier pour nous guider : la Sainte Inquisition, et le nazisme en Allemagne, le fascisme en Italie, le franquisme en Espagne, et quelques autres fascismes sanglants encore.

Institution sadique et génocidaire par excellence, la Sainte Inquisition sous les rois Très Catholiques a fonctionné avec peu de sadiques vraiment maladifs : essentiellement le Grand Inquisiteur. Pour le reste, les carriéristes ont suffi presque partout. Opportunistes, les carriéristes ont flairé où étaient les carrières sûres et juteuses : dans l'administration royale. Le roi avait besoin de terroristes assis, pour terroriser son peuple, ils ont fait carrière dans le terrorisme assis, sans autres scrupules ni "états d'âme". On a envoyé dans un premier temps 500 000 juifs et musulmans à la mer, et je n'ai pas sous la main les scores des années suivantes... Et voilà le moyen de satisfaire son sadisme anonyme en faisant brillante et confortable carrière !

Et comment l'antisémitisme de l'extrême-droite allemande est-il devenu la loi commune de l'Allemagne ? Silence très épais là dessus. Nous avons bien une information, mais son statut épistémologique est ténu. Se reporter au premier livre d'Alice Miller, son "C'est pour ton bien", chez Aubier Montagne. Y figure le compte-rendu d'une psychanalyse d'un femme, une seule, qui explique que se rebeller contre la dureté et la méchanceté de ses parents, était impossible, impensable. Aussi quand Hitler lui a désigné qui haïr sans se faire punir (les juifs), elle s'est engouffrée dans cette aubaine, comme les autres lâches anonymes. Alice Miller dénonce d'une manière générale une "pédagogie noire", des traditions familiales fortement répressives, voire sadiques, en Allemagne, et en Suisse allémanique. Le sadisme paternel subi par le futur président Schreber, en est un exemple, aux conséquences fameuses (voir bibliographie).

Une seule psychanalyse, voilà qui ne satisfait aucun des critères scientifiques et statistiques du sociopsychologue sérieux. On sait que ce que publie un psychanalyste non vérifié par ailleurs, peut être discutable, voire carrément truandé.
Il faudra pourtant bien s'en contenter à titre provisoire, car :
- On ne trouve pas d'autres témoignages non biaisés par le souci de prestance, de s'innocenter de sa part de culpabilité.
- La structure fournie par cette confession donne un bon cadre explicatif général.
- Cette structure de déplacement de la haine d'un objet inaccessible et dangereux vers un objet inoffensif et facile à maltraiter, est cohérente avec toutes nos autres connaissances et observations sur les haines et perversités, sur les organisations de la maltraitance et du harcèlement.
- Quand on a répété les expériences de Milgram en Allemagne, on a trouvé 85% de gens obéissants, contre 65% aux U.S.A et en Grande Bretagne. L'acteur qui jouait le rôle du cobaye torturé par l'autre, le cobaye naïf, ne s'en est pas remis : il a plongé dans un profond désespoir de plusieurs années, de voir ses compatriotes toujours aussi obéissants à torturer un homme qui ne leur avait jamais fait aucun mal.
- Autre information concordante, datant des années soixante-septante : la terrifiante mécanisation militaire des maternités d'Allemagne à cette époque, avec biberons à heures fixes, séparation rigoureuse des bébés d'avec leurs mères, berceaux tous alignés dans leur salle collective... D'accord, je n'ai qu'un seul témoignage direct, de Joseph Davidovits, à confirmer donc par d'autres témoins.

Ajoutons un mot sur les précédents en structures de dénégation de la réalité. Entre les deux guerres mondiales, Winston Churchill, redevenu journaliste enquêteur, enquêtait en Allemagne, et envoyait à son journal force preuves que l'Allemagne réarmait clandestinement, en violation du traité de Versailles, et préparait activement une nouvelle guerre. Et on le traitait de paranoïaque, pour oser troubler ainsi les illusions. Il semblerait qu'à cette époque, l'expression "adepte de la théorie du complot" n'était pas encore inventée, sinon nul doute qu'on l'en aurait traité.

Grâce à l'éclairage historique, nous sommes sommes en mesure de préciser le positionnement marketing de ces fanatiques du sadisme anti-mâle et de la gynarchie : exactement comme Hitler en 1923, qui se positionnait comme le truand finançable et exploitable par le patronat allemand, pour terroriser leurs ouvriers à l'échelle du Reich, et pour exterminer toute résistance. Elles se positionnent comme les truandes disponibles, le réservoir de toutes les violences anti-mâles à commanditer, pourvu qu'on garantisse leur impunité.

Or l'impunité est d'ores et déjà garantie aux auteures d'attestations mensongères, ainsi du reste qu'à leurs commanditaires. C'est un secret de Polichinelle dans tous les Barreaux de France, que l'article 441-7 NCP est lettre morte, les Ministères Publics refusent systématiquement de poursuivre les attestations mensongères, car c'est un sport d'équipe massivement féminin, massivement préjudiciable aux pères et aux maris.



Conclusion : Le ventre est encore fécond, d'où est sorti la bête immonde...

Un courrier sera très prochainement adressé au procureur, avec un CD contenant l'enregistrement de ces sites. Nous pouvons hélas prédire qu'aucune suite ne sera donnée, excepté un encouragement envoyé à ces dames, de mieux protéger leurs publications par des mots de passe, afin de ne plus laisser entrer que des complices sûres. Mobile : ces gynarques et féminazies disent tout haut ce que le Ministère Public pense tout bas.

Autre stratégie possible pour un plus long terme : Se déclarer désormais religion, et Eglise de l'Image de la Femme et de Kâli. Si si, ça va marcher, comme pour la scientologie ! D'abord c'est drôlement chouette pour l'évasion fiscale, ensuite elles pourront crier qu'on ne traite pas les religions sur un pied d'égalité, qu'elles sont encore brimées, qu'elles n'ont pas encore leurs lieux de culte où elles pourront pratiquer leurs sacrifices humains en toute tranquillité.



Le signataire de ces lignes est un sacrifice humain, qui a échappé par miracle aux deux tueuses conjurées.
« Modifié: 09 mars 2007, 02:15:21 am par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #6 le: 18 octobre 2006, 02:05:33 am »
Si vous trouvez que mes citations de gynarques sont encore insuffisantes, en voici des gerbes à profusion :
http://www.gynarchy.org/forum/viewforum.php?f=4
« Modifié: 09 mars 2007, 02:16:08 am par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #7 le: 05 novembre 2006, 01:02:39 pm »
Suite du florilège d'insultes pour nullités, voici le quotidien du groupe fr.soc.feminisme :



From: Cecilia <cecilia@no.mail>

Date: Sun, 22 Oct 2006 23:04:44 +0200
Il est vraiment con à bouffer du foin, mais il se croit fufut' avec saprovoc' de supermarché tout juste bonne à faire pouffer les dindasses
comme FB, Christelle Piette ou Latrémouille.
C'est dire le con que c'est.

Date: Wed, 25 Oct 2006 02:08:47 +0200
Oui, bonne idée, parlons un peu des imbéciles merdeux.
Pourquoi sont-ils si merdeux ?
Parce que ce sont des imbéciles ?
Pas que.
Des sacrées lopettes aussi.

Parce que pour se laisser islamiser l'esprit de la sorte, point n'est
suffisant d'être un simple imbécile. Voyez par exemple Victal, imbécile
fini de la plus belle espèce, il ne s'est pas laissé islamiser l'esprit.
(si tant est qu'on puisse parler d'esprit concernant Victal).
Par contre l'orcimo-crapouillard, qui supplante Victal haut la main dans
la stupidité épaisse, eh bien celui-là est complètement islamisé de la
tête parce qu'il est -en plus- une éblouissante lopette faux cul. ...

Date: Wed, 25 Oct 2006 02:08:49 +0200
Qu'est ce qu'elle est niaise et saoulante cette gonzesse.
Son prêchi-prêcha gnan-gnan me rappelle le catéchisme de mes jeunes
années.
Y'avait rien que des rombières chiantes comme la pluie qui faisaient
le caté. Apparemment ça n'a pas changé.

Date: Sat, 28 Oct 2006 00:46:01 +0200
Orcim :
> Pour le moment tu n'est qu'une minable raciste d'extrême droite
Pour les rares personnes qui se feraient encore quelque illusion sur cet
étron gluant d'orcimo-crapouillard, un petit topo s'impose.

Il faut savoir que le déchet sus-nommé traite volontiers de raciste,
nazi, etc, non pas ceux qui le sont réellement, mais ceux qui le prennent
pour la sous-merde qu'il est.

Par exemple, cette purulence de Capucine, approximativement aussi conne
que lui, et frontiste affichée de surcroit, nous a déclaré un jour :
"j'ai une haine sans limite contre les arabes."
c'est ici : <3f8ac4f4$0$10403$626a54ce@news.free.fr>
Eh bien cette flatulence de l'esprit qu'est l'orcimo-cradoc ne
songerait jamais à la traiter de raciste.
Ben non. La pouffe en question doit être la seule dans ce bas monde à
manifester un semblant d'intérêt à cette épave et à lui astiquer à
l'occasion sa misérable bite au rebut.
Alors vous pensez, elle ne peut pas être raciste. cqfd.



Date: Thu, 02 Nov 2006 02:08:59 +0100
On a déjà copieusement décoré cette grognasse de Capucine
comme un sapin de Noël. Surtout avec des guirlandes.

Date: Fri, 03 Nov 2006 02:21:24 +0100
S'il y a bien quelqu'un ici qui nous casse le cul depuis des lustres
à longueur de messages avec sa propre expérience c'est bien le pépère
Lavau. Infoutu qu'il est d'en faire abstraction, le couinard.

Comment va la reine mère Lavau écouilleuse au fait ?

Date: Sat, 04 Nov 2006 00:59:37 +0100
... si vous visez de la pétasse de supermarché.
A propos, pourquoi ne vous focalisez-vous pas un peu sur la volaille pour
changer, j'sais pas moi, y'a du choix : Latrémouille, FB, Anne G,
Majorelle.
Je peux même vous conseiller si vous voulez. Je connais bien la
psychologie de la dindasse, au cas par cas même.

Date: Sat, 04 Nov 2006 00:59:37 +0100
On est en pleine rubrique commérages d'épicerie. Pas étonnant que la mouche à merde Latrémouille se pointe.
[Perso]
jr, franchement, depuis le temps qu'elle se traîne misérablement à vos
pieds, vous ne pourriez pas avoir la bonté de la tringler un peu ?
Et peut-être même que, paradoxalement, ça atténuerait un tantinet sa
jalousie hargneuse.

Date: Sat, 04 Nov 2006 00:59:37 +0100
Faut dire qu'à Marseille, y'a vraiment un ramassis de babouins.

Date: Sat, 04 Nov 2006 19:30:02 +0100
Arrêtez de tortiller du derche et dites le clairement : elle est tellement bête et niaise qu'elle ne vous fait pas bander du tout.
C'est pas croyable d'être aussi politiquement correct jusque dans ses
histoires de braguette.

Date: Sat, 04 Nov 2006 19:30:02 +0100
Quel pot de glu cette gonzesse.
J'ose à peine imaginer ce que ce serait si je n'étais pas dans son
kill-file.

Date: Sun, 05 Nov 2006 01:04:57 +0100
Débilité sur pattes, si des nullards ou des parasites squattent un lieu
pour débiter des chapelets de conneries, ce n'est pas aux autres à faire
semblant d'ignorer leur présence malodorante ni à faire des efforts pour
essayer de noyer lesdites conneries sous une masse de posts intéressants.
C'est aux nullards et aux parasites à fermer leurs groins.

Date: Sun, 05 Nov 2006 01:04:58 +0100
Naibed :
> Ce que Cecilia tente de montrer aux grosses beaufesses, genre FB,
> c'est qu'il existe des gens comme elle et moi qui répondons en
> fonction des idées émises (et non des personnes, dont on se fout
> royalement, par ailleurs).

Non.
Je faisais remarquer qu'heureusement il y a des personnes qui
réagissent même si elles ne se sentent pas personnellement atteintes,
mais à partir du moment ou quelqu'un l'est ou pourrait l'être.
(A l'inverse il y a aussi des personnes qui ne réagissent pas même si
elles se sentent atteintes, mais c'est une autre histoire).

Par exemple cette demie-gourdasse d'Anne G fonctionne sur ce mode de
gratte-merde : "je ne réagis que si je suis atteinte personnellement".
Elle nous expliquait jadis qu'en gros son "féminisme" s'arrête aux
limites de son petit pré carré. Et on voit le niveau du "féminisme" de
chiottes qui en résulte.




From: Naibed <Naibed@nomail.com>
--
-+-------------------+---------------------+--------------------+-
  Rien n'est plus triste qu'un imbécile merdeux...
  Ah si ! un imbécile merdeux de la pire espèce 
  comme cet étron gluant d'Orcim...
Date: Fri, 27 Oct 2006 23:13:05 GMT
... sur fsf, les féministes, qui sont minoritaires ont presque perpétuellement été agressées par une bandes de mascuculs teigneux, et de crapules
hypocrites, voire carrément diffamatrices. Elles ont appris à se
défendre avec énergie, et à attaquer de front l'hypocrisie, la
bêtise et la méchanceté des machos merdeux.

Date: Mon, 30 Oct 2006 06:58:54 GMT
> Est-ce que les bouffeurs de curés se sont sentis obligés d'inventer un
> nouveau concept fumeux pour critiquer la religion catholique ?
> Eh non, ils ont eu, eux au moins l'honnêteté de l'attaquer de front sans
> tortiller de leur gros cul derrière un écran de fumée comme le font les
> faux-ennemis de l'islam lècheurs de Coran.

Analyse percutante comme toujours.

On peut même préciser que pour être un imbécile merdeux qui se laisse
islamiser, il faut *surtout* être une éblouissante lopette faux-cul:
certains, qui ne sont pourtant pas des imbéciles de naissance, arrivent
cependant *très bien*, le cas échéant, à faire l'imbécile, le moment venu.
Par exemple en tortillant du cul sur fond de " politiquement correct".

Et là, ..j'ai comme l'impression que vous percevez très bien de quel côté
se tourne mon regard.

Date: Mon, 30 Oct 2006 23:28:31 GMT
Arrêtez donc un peu de tressauter comme ça, espèce de vieille lopette hystérique ! : on  vous voit ballotter vos vieilles couilles pendantes
jusqu'ici à Overijse !

Et, ..au risque de vous enlever vos dernières illusions, je vous assure
que, vu d'ici, le spectacle n'est vraiment pas ragoûtant, et que ça fait
*franchement* envie à *personne*

(j'espère être assez claire, sur ce coup-ci).

(Note pour Cecilia : Si ce type continue à tortiller du cul comme ça,
 il n'y aura bientôt plus, entre lui et des nullards comme les Yann Ronel,
 Johannes Baggoo, Rachida/Majorelle, Paul/El Zozzo, Jean-DA, et j'en passe,
 par pleines brassées, qu'une épaisseur de papier de cigarette.
 Et encore !  je ne parle pas  - pour l'instant - de cette purulence
 infecte d'orcimo-crapouillasse)

Ceci dit, tant qu'à vous rouler dans l'abjection, la lâcheté et le ridicule,
expliquez-nous donc, espèce d'"éblouissante lopette" (1) les "arguments" qui
permettraient de classer cette secte qu'est l'islam en tant que "religion"

(1) pour reprendre une expression de Cecilia qui vous va comme un gant

Ah oui ! Et, avant que vous ne commenciez : sans nous servir votre habituelle
logorrhée gaucho-gnangnan diluée dans votre habituelle sauce politiquement
correcte, hein ?

Date: Tue, 31 Oct 2006 10:26:59 GMT
Ah c'est vrai que notre lopette gaucho-gnangnan de Johannes Baagoe-Baagoenous a pondu là une très belle tirade d'un somptueux ridicule, façon
« Le long sanglot de l'Homme blanc » sur fond de cette mésestime de
soi-même et de sa propre civilisation, que l'essai de Pascal Bruckner
dénonce à juste titre, tant "le mépris des nuances et les pensées
bornées par la compassion et la haine de soi peuvent déboucher sur les
pires non-sens."

http://www.amazon.fr/sanglot-lhomme-blanc-Pascal-Bruckner/dp/2020551179

Bref, Johannes nous donne là un bel aperçu  de toutes les imbécillités
gnan-gnans qui ont menés aux dérives tiers-mondistes actuelles. Et dont
on peut mesurer aujourd'hui ce qu'elles valent, en matière de léchage de
cul d'une des pires sectes totalitaire, l'islam, ancrée dans l'une des
pires cultures machistes qui soient, la culture musulmane, et propulsée
par ce défunt projet politique hégémonique qu'était le panarabisme, une
resucée du «Califat», auquel s'est d'ailleurs substitué depuis le projet
politique de l'islam. Et tout ça sur fond de communautarisme abject, de
racisme anti-blanc et anti-occidental, et de volonté hégémonique d'imposer
le barbarisme.
 
Et ce sont ces gaucho-gnangans  qui, depuis des dizaines d'années, nous
ont bourré le mou sur fond de «politiquement correct» à base d'autruchisme
et de déni de réalité, pour aboutir à un bradage éhonté des valeurs de
l'occident, dont le détricotage du droit des femmes à l'égalité. Et ce
sont encore les mêmes qui, aujourd'hui encore, brandissent leurs vieux
écrans de fumées éculés, pour dénier à l'occident son droit inaliénable à
faire respecter ses valeurs et ses intérêts légitimes, face à
l'arriération et au barbarisme incroyable qui nous vient d'orient.

Bref, Johannes Baagoe nous donne un bel exemple de ce que c'est qu'une
«éblouissante lopette faux cul» dont Cecilia parle ici, avec justesse :

Date: Sat, 04 Nov 2006 21:16:22 GMT
> Tu sais, grâce à la psychanal...[caca]
Ce que Cecilia tente de montrer aux grosses beaufesses, genre FB,
c'est qu'il existe des gens comme elle et moi qui répondons en
fonction des idées émises (et non des personnes, dont on se fout
royalement, par ailleurs). Mais aussi, et de plus en plus, aux
manques d'idées et aux idioties, puisque les idées, ça devient
de plus en plus rare sur usenet, tandis que les idioties et les
manques d'idées, ce n'est pas ça qui manque...

Et le "salope" qui suit n'est là que pour renvoyer FB à ses délires,
qui ne manqueront pas de se produire, puisque FB n'est pas là pour
discuter d'idées (comment pourrait-elle discuter d'idées, d'ailleurs,
vu qu'elle n'active qu'un petit bout de synapse à la fois), mais
pour parler d'elle.

Et il n'y a que les imbéciles et les empsychoté(e)s pour ne pas être
capable de comprendre ça. Quoi ? Que dites-vous ?.. que ça fait 99,9%
de ceux et celles qui sont ici ? Peut-être. Mais est-ce une raison
pour s'abaisser au niveau des imbéciles et des empsychoté(e)s ?

Date: Sat, 04 Nov 2006 22:20:16 GMT
... En effet ! c'est du médiocre discours de catho-enfoulardée, genre Franade, qui se fait aussi grosse que l'islam..
Donc, si j'ai bien compris, comme vous passez votre temps à tortiller du cul pour tenter de faire croire que le coran ne dit pas ce qu'il dit, vous allez fermer votre stupide clapet sur fr.sci.philo.théologie ?



Fin de citations.
Et c'est comme cela tous les jours sur fr.soc.feminisme...
« Modifié: 09 mars 2007, 02:17:20 am par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #8 le: 17 février 2007, 01:01:11 pm »
Citation
Un mariage infernal - Chapitre 1
par escribe1@caramail.com
Une femme asservit totalement son mari

---------------------------------------------------
Ce texte est une traduction plus ou moins fidèle de
"His Awful Marriage", de Michael Freemont
paru dans "Miscellaneous Twelve".
---------------------------------------------------


                         ==============
                         = Chapitre 1 =
                         ==============


   Michel se sentait très mal. Il se sentait très mal comme chaque nuit
depuis son mariage avec Diane quinze ans auparavant. Et comme chaque
nuit, Michel se trouvait sous les couvertures, sa tête entre les cuisses
puissantes de sa femme, sa bouche sur son sexe et son nez sur son anus.
C'est ainsi qu'il devait rester toutes les nuits, telle était sa loi
monstrueuse qu'il avait appris à suivre depuis déjà si longtemps. Comme
toutes ses autres lois. Sa femme dormait mais lui restait éveillé. Il n'y
avait pas d'air frais là-dessous mais, pire, chaque inspiration apportait
à Michel l'odeur infecte des fesses pas très propres de sa femme. Comme
il haïssait cette odeur ! C'était dingue. Quel homme était fait pour
passer ainsi toutes les nuits de sa vie avec son nez entre les fesses de
sa femme ? Mais dingue ou non, depuis leur lune de miel quinze ans plus
tôt, Diane avait toujours été inflexible. Elle avait établi clairement
que c'était là la place de Michel chaque nuit. Point barre. Elle avait
insisté sur ce point lors de leur lune de miel, et durant les quinze
années suivantes c'est ainsi que Michel avait passé chacune de ses nuits,
et il avait appris pendant la première année de son mariage que cela ne
servait à rien de discuter, de se plaindre ou de supplier, rien ne
pouvait la faire plier. Et après quinze ans de mariage il en était
arrivé à admettre que c'était ainsi qu'il devrait passer toutes ses nuits
durant tout le reste de sa vie.

   Michel restait réveillé durant la majeure partie de chaque nuit.
Comment quelqu'un aurait-il pu dormir ainsi ? La plupart des gens dorment
avec la fenêtre ouverte afin d'avoir de l'air frais, mais Michel n'avait
pas ce droit. Oh que non. Michel devait respirer la puanteur du derrière
odorant de sa femme. Et, encore pire, Diane avait souvent des gaz et
pétait donc régulièrement durant la nuit. Chaque nuit. Et comme il avait
son nez directement dans son anus...

   Durant la première année de leur mariage, elle lui avait martelé que
c'était là sa place et qu'il devait y rester chaque nuit. Elle avait
toujours répondu à ses supplications cette première année avec sa logique,
parfaite, et toutes ses réponses entraînaient une seule conséquence :
qu'il devait rester là-dessous. "Michel, mon coeur, je sais que tu aimes
l'air frais, mais j'ai bien besoin d'une couverture, il fait froid la
nuit !", ou bien : "je sais que je pètes beaucoup, Michel, j'ai toujours
des gaz mais que puis-je y faire ?" ou encore : "oh Michel, chéri, tu es
donc si bête ? Bien sûr mes fesses sentent. C'est mon cul ! Je chie par
là ! Comment espèrerais-tu qu'il ne sente pas ?" Elle ne débattait jamais
du fait de passer ses nuits en-dessous ou non, mais elle déplaçait la
question sur un autre point. Ce qui terminait toute discussion. Point
barre.

   Et il devait non seulement rester avec sa tête entre les cuisses de sa
femme durant toute la nuit, mais il devait s'assurer de ne pas la bouger.
Même s'il s'endormait il devait s'assurer que son nez restait bien calé
dans son anus. Sa femme lui avait inculqué ça durant la première année de
leur mariage. "Michel chéri, si on peut apprendre à un petit garçon qu'il
ne doit pas pisser durant son sommeil, je pense donc que toi, un homme
adulte tu peux apprendre que tu ne dois pas bouger ton nez de mon cul
quand tu dors." Elle lui avait expliqué combien agréable c'était pour
elle de sentir son nez là, et Michel avait fini par apprendre que seuls
comptaient ses désirs. Le fait que c'était un vrai enfer pour Michel
n'avait aucune importance : cela était agréable pour Diane. Par-dessus ça
elle ajoutait qu'elle ne voulait pas le voir se promener dans la maison
durant la nuit, et avec son nez dans son derrière elle pouvait s'assurer
de sa présence.

   Et, bien sûr, elle lui avait expliqué que lui laisser son nez dans
son anus l'affectait psychologiquement de la façon qu'elle souhaitait. Cela
maintenait Michel dans l'état soumis et serviable qu'elle désirait. Docile,
soumis et faible. Cela permettait de détruire toute confiance en lui et de
retirer toute fierté de sa tête de pioche : elle trouvait ces traits de
caractère absolument intolérables chez lui. Michel savait bien qu'elle le
punirait sévèrement s'il laissait glisser son nez hors de l'anus de sa
femme ne serait-ce qu'une seconde. Et ainsi chaque nuit, à chaque
inspiration, il devait supporter l'odeur écoeurante de l'anus de sa femme.
Durant toute la nuit, toutes les nuits... Et après quinze années il s'y
était habitué, même s'il détestait ça tout autant que la première fois.

   Michel passait le plus long des ses nuits sans fin en essayant de
sommeiller, utilisant les techniques utilisées par les insomniaques,
tentant de se relaxer, de compter les moutons, de respirer profondément...
Berk ! Diane avait dit à Michel plusieurs années auparavant que quand son
corps serait suffisamment épuisé il tomberait de sommeil, mais elle lui
avait clairement fait comprendre que cela lui importait peu qu'il y
réussisse ou non. Cela ne la concernait pas. Tout ce qu'elle voulait était
que le nez de son mari reste sur son anus. C'était tout ce dont il devait
s'assurer et qu'il le fasse en réussissant à dormir ou non n'était pas
son problème. Et ainsi Michel avait appris à sommeiller en laissant son
nez en position, ne le bougeant même pas en dormant. Mais il ne pouvait
dormir réellement que durant de courtes périodes, sommeillant au maximum
quelques minutes. Et avec les années Michel avait appris à vivre avec
cette contrainte et accepté ces longues et terribles heures sans sommeil
durant les nuits : il n'avait pas le choix. Il avait appris à accepter de
rester allongé là, avec son nez dans l'anus de sa femme, heures après
heures. Il s'efforçait toujours de penser à autre chose durant ces
interminables moments, n'importe quoi d'autre, pour oublier où il était,
mais à chaque inspiration l'odeur le ramenait à la réalité.


A suivre...
« Modifié: 03 juillet 2010, 01:24:17 pm par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #9 le: 17 février 2007, 01:03:37 pm »
Un autre point nous manquait

Un autre point nous manquait quand nous avons fait ci-dessus l'analyse du lien organique entre sadisme de pointe et sadisme de masse :

Le second des marchés sur lequel le pervers sadique opère et profite, est celui de la lâcheté : Tout lâche se sent devenir fort et puissant, lorsqu'il applaudit aux persécutions menées par un sadique, et y participe avec ses moyens de lâche. Cela fait partie des vingt-cinq compétences que nous partageons avec les cousins dont nous nous sommes séparés depuis 280 millions d'années : les reptiles. Un pervers histrionique peut conquérir un pouvoir énorme, s'il sait flairer et flagorner ces demandes de lâches, de se sentir puissants par participation à une entreprise sadique.


Texte complet à :
http://debats.caton-censeur.org/index.php?option=com_content&task=view&id=21&Itemid=9

Illustration en live à :
http://je-veux-mes-parents.activebb.net/sutra1490.htm
« Modifié: 09 mars 2007, 02:19:15 am par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #10 le: 17 février 2007, 01:04:18 pm »
On continue ? Il y en a des mégatonnes...
http://school.gynosupremacy.net/viewtopic.php?t=21
l' Ecole Gynarchique, par Josiane, administratrice, Sam Fév 11, 2006 7:30 pm.

Citation
L' Ecole Gynarchique a été fondée par deux Femmes Gynarchistes, et Lesbiennes de surcroît.

L' Ecole Gynarchique s'adresse exclusivement aux adeptes de la Gynarchie.

La Gynarchie y est enseignée sous différents aspects, dans un but essentiellement pratique : former les hommes à la servitude effective envers les Femmes, lesbiennes ou pas.

C'est à Celles-ci que notre Ecole est avant tout dédiée : à toutes les Femmes conscientes de leur supériorité définitive sur le genre masculin.

Les mâles (voir en annexe les raisons de cette dénomination), après admission, suivent les cours de l' Ecole Gynarchique sous les conditions fixées au Règlement Intérieur.

Leur formation vise à les rendre aptes au service des Femmes, pour leur confort, leur bien être, leur épanouissement, leurs plaisirs, la réalisation de leurs souhaits et de leur volonté.

De nombreux mâles ont conscience de leur infériorité dans des domaines divers tels que sexualité, spiritualité, rapidité de pensée, ouverture de l'esprit et du coeur, autorité, intuition, facilité d'adaptation, etc...
Beaucoup d'entre eux ne tirent cependant pas toutes les conclusions logiques de ces constats, et portent encore en eux le poids des conventions et des coutumes obscurantistes. Lucides sur leur envie de servir ils s'imaginent que cette envie suffit à les rendre acceptables comme serviteurs . Ce qui est faux. Et nombre d'entre eux s'étonnent de ne pas trouver de maîtresse tolérant leurs maladroits services.

C'est à l'intentien de ces Femmes, spoliées de ce qui leur revient de droit, que l'Ecole Gynarchique existe. Au sortir de sa formation le mâle doit être en mesure de servir réellement, sans se préoccuper d'autre chose que de l'intérêt de sa maîtresse, et en faisant notamment fi des fantasmes qui nourrissent la plupart du temps ses premiers désirs de soumission.

Contenu et déroulement pédagogique :

Les premières épreuves de sélection des candidats ont pour but de n'admettre que des mâles qui présentent les qualités permettant d' envisager favorablement le succès de leur formation: leur lettre de motivation, puis leurs réponses aux questionnaires seront lus avec attention.

Le premier cycle de formation ( cursus préparatoire) a pour objet l'acquisition des bases de la soumission masculine et comprend 4 cours :

La politesse. Quasiment inconnue de l'immense majorité, elle sera ici enseignée afin de rendre supportable la simple présence masculine sans que celle-ci empiète le moins du monde sur la liberté et l'aisance féminines.

Le renoncement. Apprentissage de l'index mis aux désirs masculins ne présentant aucun intérêt pour la maîtresse , même et surtout ceux par lesquels le mâle imagine représenter sa soumission (cf. les fantasmes évoqués plus haut).

La soumission. Après avoir procédé aux premiers et indispensables nettoyages de caractères indésirables le mâle admis à ce niveau peut acquérir les premiers rudiments de sa soumisson : devenir capable d'écouter positivement ce qu'on attend de lui, et sans poser de questions, commencer à obéir.

Initiation à la discipline. Axe central de l'existence masculine la discipline à l'Ecole Gynarchique sera stricte dès le début des cours , cette première initiation débutera donc avec le cours de politesse. Mais elle sera ici étudiée spécifiquement, détaillée dans ses premières conséquences, ses divers aspects et la compréhension par l'élève de sa nécessité douloureuse mais absolue.

Après la réussite de ce premier cursus de dégrossissage indispensable l'élève sera admis à poursuivre ses études dans le cursus d'approfondissement, selon 3 cours:

Cours de chasteté. Conclusion logique de l'inexistence érotique du mâle, de son incapacité sexuelle ( inaptitude à offrir l'orgasme), et de la faiblesse chronique de sa jouissance le mâle doit apprendre la chasteté. Le seul intérêt qu'il présente au plan sexuel réside dans la préservation inassouvie de son désir, puisque c'est par ceci que nous le rendons docile.
Ce cours a pour objet de faire accepter avec bonheur la condition de chasteté.

Cours de servitude. Après avoir accepté de se débarrasser de ses vélléités génitales le mâle peut se consacrer à ce qui constitue l'essence même de sa condition : la servitude gratuite envers les femmes et si possible surtout envers les lesbiennes (qui ont un réel besoin de nombreux services). Le mâle apprendra ici ce qu'on peut attendre de lui et jusqu'où cette attente peut aller.

Cours d'humiliation. A ce stade l'élève peut commencer à envisager que les Femmes existent de manière indépendante de ses désirs et de ses pensées : il pourra dès lors accepter l'idée de ce qu'il représente réellement à leurs yeux : cette acceptation passe par le cours d'humiliation , lui permettant de voir, au delà des travaux, la place qui lui sera réservée plus tard par sa Maîtresse.

Une fois franchie ces étapes l'élève sera déjà en mesure de comprendre pourquoi il était inapte à la condition à laquelle il aspirait avant son admission à l'Ecole, néanmoins le cyle de perfectionnement apportera à sa future Maîtresse ce qu'elle est en droit d'attendre d'un véritable esclave. Ces classes de perfectionnement sont au nombre de deux et sont obligatoires :

Cours d'assujetissement saphique. La prise en compte des exigences spécifiques des lesbiennes constitue un terreau excellent pour le développement harmonieux des mâles gynarchistes : l'essence purement féminine de leurs sentiments et de leurs vies offre au futur esclave désormais allégé de ses principales tares une compréhension nouvelle et vraie de la Femme. Cette compréhension lui permettra d'améliorer encore les services et les conditions de plus en plus lourds qui lui seront imposés.

Le Séminaire disciplinaire clôturera la formation du mâle. Afin de lui rappeler que les progrès réalisés depuis le début n'adoucissent en rien la dure discipline qui sera de mise dès son entrée à l'Ecole. Fort loin d'un adoucissement la discipline sera au fil des cours rendue de plus en plus impitoyable puisque nous la jugeons indispensable à la paix, au calme, à l'harmonie et inhérente aux existences respectives de la Disciplineuse et du discipliné. La mise en pratique disciplinaire étant également la garantie du respect des matières enseignées : politesse, chasteté, servitude, etc...

NOTA 1 : le mâle admis à l' Ecole Gynarchique n'y est pas inscrit pour un temps indéterminé : soit il suit les cours positivement, et réussit aux épreuves qui lui seront imposées d'un cycle à un autre, soit il est exclu définitivement.
A l'issue de sa formation le mâle sera recompensé : il sortira de l'Ecole avec toutes les dispositions utiles à servir réellement, et cette disponibilité nouvelle le fera rapidement remarquer, parmi une foule d'inaptes, par une Femme exigeante, voire par un couple de Lesbiennes exigeantes.
A l'heure actuelle aucun service de placement n'est envisagé par l' Ecole mais si ce service nous est demandé par certaines nous nous ferons un plaisir de les aider dans leur recherche.

NOTA 2 : le mot "homme" ne fait pas partie du vocabulaire habituel de l' Ecole Gynarchique, nous le remplaçons par celui plus juste de "mâle" . "homme" nous semble trop près de "hommage" et n'a en cela aucun sens valable.
Alors que le mot "Femme" est voisin de "femelle", que nous nous sommes (au moins les Françaises) toujours contentées de ce voisinage très 'nature' et que nous n'en sommes pas moins fières d' être des Femmes.
Nous en tirons la conséquence simple, humaine, et même équivalente suivante : nous nommons "mâle" celui qui mérite de l'être.
_________________
Josiane
Directrice Fondatrice de l'Ecole Gynarchique
« Modifié: 05 novembre 2009, 11:20:26 am par Jacques »

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Re : Civiliser les mecs, qu'elles disaient...
« Réponse #11 le: 05 novembre 2009, 11:20:53 am »
Suite à http://gynosupremacy.net/ :
Citation
REGLEMENT

Exemples de Contrats d'esclavage

Anonyme a écrit : "Avant propos : On dit souvent que sans contrat, la domination n'existe pas.
La question peut se poser. plutôt que d'établir un mauvais contrat qui sous entend qu'il existe des devoirs respectifs, j'ai à deux reprises fait signer des règlements. Avantage du règlement : possibilité d'ajouter sans formalisme de nouvelles dispositions. Rappelons que pour signer un contrat il faut être deux. Votre soumis est un élément neutre, donc il n'a pas à signer de contrat mais seulement signer son adhésion immédiate à vos directives.

Exemple de règlement :

Remis et signé le :
par : chef éducatrice LOLA et signé par soumis n° d'ordre : .........
Surnom :....................
Poids : ......................
Taille : ......................
Tatoué : oui / non

Art 1

par la signature de la présente,j'entre en dressage comme en religion dés ce jour et accepte d'être placé en permanence sous la direction, l'autorité et la responsabilité de ma chef éducatrice LOLA.

Art 2

Mon éducatrice peut à tout instant faire appel à une autre éducatrice pour :
la remplacer, l'aider
à réaliser ses objectifs de dressage.
Je devrai plier sous l'autorité de cette personne.

Art 3

A compter de la signature de la présente je deviens un élément neutre. Je perds la possibilité d'émettre avis ou opinion. je ne puis parler que sur ordre ou si autorisation m'en a été donnée ( sauf motif médical)
Je deviens un numéro de matricule et un surnom m'est attribué.
Je serai tatoué durant ma période de féminisation.

Art 4

Les ordres de mon éducatrice ne sont jamais discutés.
Aucune dérogation n'existe.

Art 5


Mon éducatrice va me modeler physiquement et moralement.
Je sais que mon éducatrice va me formater selon ses désirs et j'accepte.
Les mesures disciplinaires, les traitements, les décision qu'elle adoptera sont en rapport avec les objectifs que mon éducatrice s'est donné. Rien ne pouvant être remis en question, évité ou retardé.
Toute contestation sera immédiatement et très sévèrement sanctionnée.

Art 6

J'entre en soumission et place ma vie entre les mains de Chef éducatrice qui a pour objectif mon dressage et ma mise au pas.
J'adhère.

Art 7

A compter de la présente j'abandonne toute prétention masculine, et j'abandonne les particularités classiques de mon ancienne vie de mâle.
Je sais que ma vie sexuelle va être modifiée et je connais les intentions de ma Chef éducatrice qui m'a longuement commenté son programme.
D'autres dispositions seront prises inconnues à cette date et concernant ma vie sexuelle.
Je m'engage à informer immédiatement mon éducatrice de toute infraction à la réglementation qu'elle mettra en place concernant la déroulement de ma vie sexuelle.

Art 8


j'accepte ma nouvelle position de "soumis en dressage" et doit me montrer conciliant et actif dans l'accomplissement de mesures disciplinaires qui seront prises à mon égard.

Art 9


Je serai informé au fur et à mesure de l'avancement de ma formation et de mon dressage des nouvelles dispositions venant s"ajouter au règlement de base. J'y adhère dés maintenant.


 Art 10


En qualité de soumis, je prends avant signature connaissance de l'annexe affichée en salle de dressage indiquant les différents barêmes punitifs dont je vais bénéficier en cas d'erreur, désobéissance,manquements.

Art 11

Les éléments liés à mon hygiène sont à compter de ce jour dictés par ma chef éducatrice.


                                Signature du soumis:


    ajouter en mention manuscrite :
"j'accepte par la présente les dispositions exposées aux art. 1 à 11"






"

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 399
Du bien-fondé de la philosophie gynarchique et de la suprématie lesbienne...
« Réponse #12 le: 03 juillet 2010, 01:25:42 pm »
Citation
Du bien-fondé de la philosophie gynarchique et de la suprématie lesbienne


Le bien-fondé de la philosophie gynarchique devrait être évidente seulement en lisant les quotidiens. Un monde régi par les hommes est condamné à la violence, au chaos et à l'injustice. Les Femmes sont, par leur tempérament et leur intelligence, à même de mieux gouverner et de façon plus éclairée. Ceci est particulièrement vrai pour les Lesbiennes. 
 
La Lesbienne n'est pas exposée à l'influence négative de son inférieur, le mâle.  Parce qu'Elle n'est attirée que par ses égales, les autres Femmes, le mâle ne peut pas la séduire ou l'intimider ou l'empêcher d'arriver à ses buts et d'accomplir son destin. Elle est libre d'être aussi indépendante, accomplie, puissante et dominante qu'Elle veut l'être. Tout homme le sait. C'est pourquoi il la craint. En fait les hommes craignent toutes les Femmes mais la Lesbienne le terrifie parce qu'Elle est informée de son vrai pouvoir et n'a pas peur de l'utiliser. 
 
Avec une Femme hétérosexuelle le mâle a une chance de se défendre. En négociant avec lui comme partenaire du "mariage" au pouvoir égal, Elle se rend vulnérable à ses jeux trompeurs. Cependant, la Lesbienne est immunisée contre ses tactiques. Le mâle est complètement impuissant contre le pouvoir de la Lesbienne. La Mère Nature l'a fait sa proie naturelle, comme un zèbre à une lionne ou une souris à une chatte. Une fois qu'Elle a bondi, il est condamné. En Gynarchie aucun mâle n'échappera au pouvoir de la Lesbienne. 
 
Il peut essayer d'utiliser ses jeux d'esprit habituels et lui faire croire qu'Elle a besoin de lui.  Mais la Lesbienne ne se laisse pas impressionner. Elle sait que c'est lui qui a besoin d'Elle. En tant que Femme Elle se sait totalement complète et indépendante. Il peut tenter de faire le puissant et l'important pour l'impressionner, mais la Lesbienne le ridiculise aisément et se rit de ses prétentions puériles. Elle sait que, comparé à Elle et à toutes les autres Femmes, il est faible et impuissant.

S'il est vraiment stupide ou sujet à la panique il peut essayer d'agir agressiment. Cela provoquera seulement son mépris et sa colère. En Gynarchie, aucun mâle, s'il a quelque intelligence, ne voudra être confronté à une Lesbienne toute-puissante et en colère. La violence de sa colère courroux sera aussi douloureuse et humiliante qu'inévitable. Au final Elle prédominera toujours et paiera au mâle son juste salaire pour ses transgressions contre les Femmes. 
 
Dans le futur monde gynarchique, il y aura seulement un chemin pour l'homme. Tout homme devra négocier avec une Lesbienne. Ce sera à lui de se soumettre à Elle, immédiatement, totalement et inconditionnellement.  Tous les mâles doivent toujours respecter  et se soumettre à toutes les Femmes, mais surtout à la Lesbienne.  Non seulement le mâle doit respecter la Lesbienne mais il doit encore se soumettre à la Lesbienne ; il doit servir la Lesbienne, obéir à la Lesbienne, honorer la Lesbienne et Aimer la Lesbienne. En fait il doit tomber à genoux devant Elle et Adorer la Lesbienne. LA LESBIENNE EST UNE DÉESSE. Elle est la FEMME ULTIME. Servir des Lesbiennes est la plus haute fonction qu'un homme peut exercer. Cela veut dire qu'il sert la Femme en s'oubliant lui-même, sans le but de recevoir une récompense sexuelle pour faire ce qu'il doit : rendre une Femme heureuse. Son bonheur EST sa récompense. C'est ce que la Déesse a voulu pour les Femmes et les hommes. L'homme existe seulement pour servir la Femme. Nous sommes Sa propriété à juste titre, pour agir comme Elle le veut et être utilisé par Elle comme Elle l'entend. 
 
Dans le monde d'aujourd'hui, guerre, terrorisme et violence exigent la mise en oeuvre des principes gynarchiques. La Femme doit  indubitablement gouverner nos sociétés est . Pour les Femmes, gouverner des hommes et/ou faire passer des hommes sous contrôle féminin total, peuvent être les seuls façons d'éviter la chute subite et complète de la civilisation. Pour que ceci arrive, les Femmes de chaque pays doivent s'unir sous la direction de Lesbiennes, les plus qualifiées parmi Elles pour prendre les rênes du pouvoir aux hommes par tous les moyens nécessaires. Au-delà, les Femmes doivent dépouiller les mâles de tout pouvoir et de toute liberté pouvant causer un problème ou perturber le gouvernement féminin adéquat du monde. La Lesbienne gynarchiste est la Femme idéale pour cette tâche de complet écrasement du patriarcat dans l'oubli et de libération complè et permanente des Femmes, par le seul chemin possible : l'asservissement de tous les hommes. 
 
Une fois qu'une vraie Sororité globale sera créée, la subjugation totale des hommes aux Femmes sera inévitable. Comme la philosophie gynarchique le soutient justement, La Lesbienne sera la meneuse principale et naturelle de ce mouvement. Elle fera la conquête de nous autres mâles, nous apprivoisera et nous utilisera à des fins plus constructives et paisibles,  aussi bien pour son propre confort et son amusement et que ceux de ses Soeurs hétérosexuelles. Parce que la Lesbienne sera partie prenante de ce processus,  nous autres mâles serons émasculés complètement, nous serons souvent castrés et féminisés totalement. Parce qu'elle sera notre propriétaire légitime et souveraine, la Lesbienne aura le droit absolu de faire cela et nous, les mâles entre ses mains, ne pourrons pas échapper à ce destin. Mais nous devrons être convaincu de ceci : il ne s'agit pas d'une punition, la Lesbienne agit réellement au mieux.   
 
Quand une Lesbienne émascule un mâle Elle lui ôte ses côtés négatifs, primitif et ses défauts antisociaux. Par la Féminisation, Elle nous élève à un niveau plus proche d'Elle-même, et donc nous rend plus digne de rester en sa divine présence Féminine et de la servir, Elle et ses Soeurs hétérosexuelles. C'est pourquoi sa victoire ultime est si souhaitable. C'est seulement l'égoïsme naturel de l'homme et sa crainte qui font que la plupart d'entre nous lui résistent. Mais heureusement pour le monde la Lesbienne ne peut pas être arrêtée, seulement repoussé temporairement.  Le pouvoir lesbien ne peut pas être arrêté par les mâles. La Lesbienne est invincible. 
 
Mais plus longtemps sa prise de pouvoir sera différée et plus le monde souffrira inutilement. Si, au lieu de lui résister, des mâles assez éclairés peuvent se trouver pour servir, aider et rendre plus puissante la Lesbienne, le jour de sa victoire ultime peut être avancé. C'est l'honneur et le privilège du mâle gynarchiste : être un " mâle " utile et rendre la Lesbienne plus puissante en nous donnant volontiers à Elle, en nous soumettant à Elle et en la servant de toutes les façons qu'Elle peut exiger de nous. Donc les mâles gynarchistes peuvent hâter le jour du triomphe Lesbien et trouver une place en ce monde qynarchique merveilleux, à domination lesbienne, où les Femmes auront la liberté totale et le pouvoir. Là, nous aussi les mâles, nous vivrons mieux et  nous trouverons finalement un véritable accomplissement, la paix et le bonheur, comme les dévoués, affectueux, féminisés et obéissants esclaves de Lesbiennes, de Femmes et de jeunes Filles que la Déesse nous a ordonné d'être. 
 
POUR UN POUVOIR LESBIEN ABSOLU ET IRREVERSIBLE !
 
 
submale phil
Source indirecte :
http://www.gamekyo.com/blog_article227314.html
Source directe :
http://www.gynarchy.org/texts/phil/bienfonde.rtf

 

Recent

Membres
Stats
  • Total des messages: 4882
  • Total des sujets: 2233
  • En ligne aujourd'hui: 6
  • Record de connexion total: 23
  • (18 juin 2011, 01:15:06 pm)
Membres en ligne
Membres: 0
Invités: 2
Total: 2