* *
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?
18 août 2017, 12:01:25 am

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Shoutbox

Dernier 5 Interventions :

jacquesloyal

12 novembre 2007, 05:03:07 pm
Etre loyal et ne pas mentir

Montrer les 50 derniers

Auteur Sujet: Le loup, réinstallé...  (Lu 793 fois)

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 409
Le loup, réinstallé...
« le: 26 octobre 2013, 09:32:45 pm »
http://www.laprovence.com/recherche/loup%20brebis
http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/2585975/leleveur-chasse-la-meute-qui-attaque-son-troupeau.html
Citation
L'éleveur chasse la meute qui attaque son troupeau
Publié le Dimanche 20/10/2013 à 13H10

Ce matin, au lever du jour, en allant soigner son troupeau stationné en altitude sur la montagne de Dormillouse, commune du Lauzet-Ubaye, dans les Alpes-de-Haute-Provence, Marc Garcin, éleveur de Seyne-Les-Alpes, s'est retrouvé "nez à nez" avec sept à huit loups qui venaient d'attaquer son bétail.

Le bilan provisoire est lourd puisqu'il fait déjà apparaître deux chèvres entièrement mangées, six tuées ainsi qu'une brebis et une dizaine de bêtes agonisantes. Cette nouvelle attaque de son troupeau confirme les observations répétées d'une meute dans ce secteur qui bénéficiait d'ailleurs d'un tir de défense.

Marc Garcin a d'ailleurs utilisé son fusil pour faire fuir les prédateurs mais il était déjà trop tard. Véronique Caron, sous-préfet de l'arrondissement de Barcelonnette et en charge du dossier "Loup", s'est personnellement rendue en matinée sur place avec les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage chargés de dresser le constat de cette nouvelle prédation.

Sy.A


Le randonneur qui nous a donné ce lien a personnellement vu un loup égorger une brebis, et il en a vu un second s'enfuir à son approche. La meute compterait au moins sept individus.
La brebis agonisante :

Lieu :
 Chanolles
04420 Prads-Haute-Bléone ‎

https://maps.google.fr/maps?q=Chanolles&ie=UTF-8&ei=bY5lUqe9I8Pt0gWumYG4Cw&ved=0CAgQ_AUoAg

Que ces loups-là aient peur de l'homme, l'évitent et n'aient pas encore le goût du "cochon long" (comme disent les maoris) ça ne durera pas autant que les impôts.
Il y a une trentaine d'année, c'était Marlyse de la Grange qui animait les émissions du dimanche après-midi sur nos amies les bêtes. Elle passe un film qu'elle n'avait pas préalablement visionné :
Une meute de coyotes encercle et harcèle une ourse noire et son petit, la tactique de harcèlement en meute réussit si bien qu'un coyote emporte l'ourson dans sa gueule.

Marlyse de la Grange est très choquée : "Oh! Ils devaient avoir très faim alors ! Car ils sont gentils, ils ne sont pas dangereux !".
Mais bon, elle avait de jolies jambes...

http://www.laprovence.com/actu/leco-en-direct/2570906/le-gouvernement-en-etau-entre-le-loup-et-la-brebis.html
Citation
Le gouvernement en étau entre le loup et la brebis
Publié le Jeudi 10/10/2013 à 10H10

Le "plan loup" avait été ciselé pour mieux protéger les troupeaux, sans déclarer la guerre totale au prédateur. Quelques mois plus tard, rien ne va plus : les éleveurs veulent une action plus musclée, et les écologistes retiennent le bras du gouvernement par voie de justice. "On est dans une tension forte, et ça ne va pas être simple de 'manager' la gouvernance du plan loup" finalisé en mars, déclare Christophe Castaner, président du Groupe National du Loup (GNL), qui supervise le plan. Ce plan 2013-2017 se voulait la meilleure réponse possible à l'équation complexe posée par le retour naturel du loup au début des années 1990 dans les Alpes.

L'idée étant de respecter cette "espèce protégée", toujours plus nombreuse, tout en aidant des éleveurs désespérés par la multiplication des attaques contre leurs troupeaux (5 848 bêtes tuées en 2012). Adopté à l'unanimité par des associations écologistes, éleveurs, etc., membres du GNL, ce plan a fait passer de 11 à 24 le nombre maximum des loups pouvant être tués par an, après autorisation, soit 10 % de sa population totale.

Or, les écologistes viennent de priver l'État d'un outil dont il venait à peine de se doter : l'autorisation donnée aux chasseurs de tuer un loup dans le cadre de leurs battues habituelles aux gibiers, dans trois départements de Paca. Cette décision inédite du ministre de l'Écologie, Philippe Martin, avait été prise après un été particulièrement sanglant pour les troupeaux. Mais des associations écologistes ont saisi le tribunal administratif de Nice qui a finalement suspendu la semaine dernière ces autorisations, estimant qu'elles n'étaient pas assez encadrées. Une cinquantaine d'éleveurs ont manifesté, hier, à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), où des chercheurs participent à un symposium de quatre jours intitulé "Vivre ensemble avec le loup ?".

 

La Provence

La suite, mais pas la fin :
http://www.nicematin.com/vallees/un-troupeau-de-chevaux-attaque-par-le-loup-a-auron.1488261.html

Citation
Un troupeau de chevaux attaqué par le loup à Auron
Publié le mercredi 23 octobre 2013 à 15h53





Une nouvelle attaque de loups dans les Alpes-Maritimes a visé un troupeau de 30 chevaux sur le domaine skiable d’Auron.

Nouvelle attaque de loups, mais cette fois sur un troupeau de 30 chevaux sur le domaine skiable d’Auron face à la station. Un cheval de race Mérens qui se trouvait en pâture sur les pistes avec l’ensemble du troupeau a été retrouvé mort, victime du loup comme l’a confirmé l’agent chargé des constats. Un autre animal est blessé.

Pour Jacques Ruguccini l’éleveur, cela ne fait aucun doute car il entend régulièrement des hurlements la nuit et il estime que la meute est importante. Cette attaque a eu lieu malgré les mesures de protection préconisées et qu’il met en œuvre (clôtures électriques et chiens Patou), mais comme souvent, les loups parviennent à les contourner. Il a déjà été victime d’une attaque en 2011 sur une jument et, en juin dernier, il a eu un poulain dévoré. L’importance de ces pertes et l’augmentation de leur fréquence ont un impact direct sur la pérennité de cet élevage.

En effet, au-delà de la valeur de l’animal, c’est un long travail qui avait été investi depuis quatre ans pour le dresser et l’intégrer dans les randonnées équestres.
Une cavalière qui l’a souvent montée durant l’été, envisageait même d’acquérir l’animal. Elle a été très choquée d’apprendre sa terrible mort.
 

La pénétration du loup dans les espaces périurbains (comme les coyotes à Los Angeles, quoi) :
http://www.pyrenees-pireneus.com/Faune/Loups/Cohabitation-Danger-Comportement-Homme/Fin-du-Mythe-Loup-Tue-Homme/2013-05-25-Loup-Fin-du-Mythe-Dossier-Scientifique.pdf

Rappel des coyotes au Canada :
http://www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2009/10/28/001-NE-coyotes.shtml

Et dans le Colorado :
http://www.mercurynews.com/science/ci_24328026/coyotes-attack-colorado-man-walking-work



JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 409
Re : Le loup, réinstallé...
« Réponse #1 le: 01 décembre 2013, 02:43:42 pm »
Les zécolos-bobos ne sont jamais à court de YAKA contre les bergers, ni de violence contre les incroyants qui osent douter des dogmes obligatoires.

Laissons la parole au berger :

Citation de: lou_pastre
pourquoi c'est toujours ceux qui sont le moins concernés dans un problème qui en parlent le plus?
je suis berger dans le 06 et les attaques de loups c'est comme un viol.
tu t'y attends tout le temps a te faire massacrer et des que tu relâche un peu la vigilance (genre se mettre a l'abri quand y pleut) PAF t'y a le droit.
tu t'en rend compte rarement le jour même donc si tu retrouves pas le cadavre avant les vautours, renards, sangliers, loups et patous, l'indemnisation tu sais où tu peux te la mettre.
Les tirs aux loups c'est de la poudre aux yeux ça en dégagera un peu mais guère.
L'argument le retour de la nature sauvage c'est bidon.
de un tu verras jamais de loups
de deux si l'homme a tué les loups c'est juste t'est menacé,tu te défends.
les points de vue sont completement différent suivant si tu est dans la nature pour le loisir,ou si t'y est pour vivre.
La réalité est différente pour chacun
sur ce m'en vais casser du canis lupus

Citation de: lou_pastre
Citation de: Cocoeau le 24 novembre 2013 à 20:57:29
Citation

    Lou Pastre, ton argumentation est intéressante car tu prends le problème de ton point de vue de berger. Mais tu me sembles un peu radical...
    N'y a-t-il pas selon toi des moyens de cohabiter ? Surveillance des troupeaux par des patous par exemple ? Pour avoir croisés quelques patous en rando, je n'aimerais pas m'y frotter !
    De plus le loup est le dernier grand carnivore d'Europe. Il me semble bien dommage de l'éliminer totalement... L'éloigner des zones d'élevage me semblerait plus juste.

    N'y vois ni méchanceté ni volonté de dénigrer ton point de vue cela dit, je ne suis pas concernée par la question et ne fais qu'émettre un avis extérieur. Je respecte d'autant plus ta façon de voir les choses que tu vis le problème.
    Par ailleurs les bergers et les chasseurs sont en général des passionnés, qui sont peut-être plus proches de la nature que la plupart des randonneurs du dimanche...



je suis radical (comparé a certain bergers ultra je suis un écolo  ;) ) parce que tout les jours même si il est pas là tu ne le sais pas et tu est sur le qui vive toute la journée (pour rien en général) ce soir je suis encore rester jusqu'à la nuit dans la neige a jumeller (pour rien)
les patous j'en ai 4 et comme on dit le patou ca fait pas tout.
ca fait un peu, beaucoup parfois, mais c'est surtout des emmerdes.
par ailleurs un bon patou c'est dur a trouver.
Ça a été souvent démontré que un loup va faire mumuse avec les patous (en général il les attirent loin du troupeau) pendant que son collègue va faire mumuse avec les brebis...
quand tu a une montagne touristique tu passe la moitié du temps a surveiller les patous (des fois que un inconscient essaie de caresser une brebis...  ::) )
pour ce qui est de changer de race c'est vachement limité parce que la "nature est bien faite'' est que chaque race a ses caractéristiques.mettre des brebis de plaine (plus grosse donc plus apte a se defendre) en montagne c'est pas possible. le moindre caillou (j'exagère un peu mais guère) c'est un obstacle.
pour revenir au sujet l'autorisation de tir ca changera rien au nombre croissant de loups vu que légalement on en ai a 4 ou 5 loups sur 24 a tuer dans le 06. ca reste super chaud d'en voir un et pour le tirer avec le stress c'est autre chose.
la solution ils l'on trouvé (droit de tir en battue )mais comme ça a marché ils l'ont interdite (humain quoi  :) )
pour finir j'ai rien contre le loup comme la plupart des bergers (les chasseurs c'est encore autre chose) mais tu peux pas rester a rien faire quand tu vois tes brebis stressées, les chiens qui osent plus sortir de la cabane le soir.
c'est les morsures invisibles
c'est comme un iceberg, tu as ce que tu vois (une petite partie) les brebis tuées
et ce que tu vois pas : patous, paperasse, psychose, la remise en question etc.

 
Citation de: Hurgoz le 24 novembre 2013 à 21:26:27
Citation

    Dans le cas de troupeaux laissés à eux même je peux concevoir que tu ne retrouves pas les cadavres de suite, mais dans le cas où tu ne t'en éloigne que le temps de t'abriter (quelques heures, j'imagine), le troupeau se déplace suffisamment pour que le cadavre soit si loin????  :blink:


mon pauvre...c'est tellement compliqué a répondre a cette question...
suivant le temps, l'heure, l'herbe, les brebis c'est jamais pareil. C'est une vraie société qu'on garde. (t'as les meneuses, les chieuses, les "qu'on peur de rien", les brebis qui se prennent pour des chamois et qui vont se bloquer dans les barres  >:( )
et le loup il te l'isole comme il faut la brebis sans que personne voit quelque chose, et allez comme il te la fait courir a la descente sur des dizaines de mètres.
ciao!

Citation de: Phil67
Citation de: lou_pastre le 24 novembre 2013 à 17:41:23

Citation
    si tu retrouves pas le cadavre avant les vautours, renards, sangliers, loups et patous, l'indemnisation tu sais ou tu peux te la mettre.


Beaucoup de randonneurs savent déjà que les patous ne sont pas particulièrement futés dans leur comportement en comparaison d'autres chiens de bergers. >:(

Suis-je le seul à être surpris en lisant qu'un patou va s'attaquer à un cadavre d'une bête qu'il est censé protéger : manque d'éducation des chiens trop laissés à eux-mêmes ?

Les races traditionnelles de chiens de bergers sélectionnées pendant des siècles ne sont-elles pas mieux adaptées au job consistant notamment à ne pas laisser le troupeau s'éparpiller en laissant des bêtes s'isoler et devenir des proies faciles ?

Plus globalement, la France n'est pas seule au monde à avoir des loups et des élevages : comment se passe la cohabitation en Espagne, en Italie, en Suisse ou en Europe centrale ?

Citation de: musher
Les chiens de berger et les patous ont pas le même boulot ni les mêmes capacités.

Un chien de berger va conduire, regrouper, éviter qu'une brebis s'échappe et en général sous la direction du berger ... C'est des chiens légers style border, austie... et super intelligents.

Face à un loup, ils font pas le poids. Soit ils se barrent, soit ils servent d'apéro avant de passer au plat principal.

Le patou est un chien suffisamment lourd et puissant pour tenir tête à un loup voir lui faire peur. Par contre son boulot, c'est empêcher un intrus ( à 4 pattes et à 2 pattes) de s'approcher du troupeau.

Dans les années 50-60, mon oncle avait 2 bergers des Pyrénées pour conduire le troupeau et 2 patous pour le protéger la nuit.

Mon père et mon oncle m'ont toujours appris à contourner un troupeau et à rester loin des patous.
Ca viendrait à personne de rentrer dans une maison gardé par un beauceron. Et ben, c'est pareil, on traverse pas ou on s'approche pas d'un troupeau gardé par un patou. Il y est pour rien. Il fait son boulot.
Dans des centres équestres, ils ont aussi des patous. Quand tu arrives, tu t'arrêtes et tu attends qu'ils rappellent leur chien.

En facilitant le travail des patous, on oeuvre un peu pour les grands carnivores

Citation de: Phil67
Citation
    Mon père et mon oncle m'ont toujours appris à contourner un troupeau et à rester loin des patous.
    Ca viendrait à personne de rentrer dans une maison gardé par un beauceron. Et ben, c'est pareil, on traverse pas ou on s'approche pas d'un troupeau gardé par un patou. Il y est pour rien. Il fait son boulot.


C'est clair... mais le reproche le plus fréquent à l'encontre des patous est justement qu'ils ne font pas dans la finesse d'analyse ;) alors que le bipède pris pour cible est loin du troupeau et ne se dirige pas nécessairement dans sa direction (il suit bêtement un sentier).

Question subsidiaire : comment faire lorsque le troupeau est totalement éparpillé sur tout un flanc de montagne (d'autant plus vulnérable à des attaques) ? On fait demi-tour sur plusieurs kilomètres pour passer par un autre versant, une autre vallée ou un autre col ?

Citation
Citation
   
Citation
Le patou est un chien suffisament lourd et puissant pour tenir tête à un loup voir lui faire peur.

Un loup, ou une meute de loups affamés vont faire tourner en bourrique ces gros patauds de patous.
Quant à l'ours, il va lui arracher la tête d'un coup de patte ...
Les patous n'impressionnent et n'emm. finalement que les randonneurs.

Citation
Citation
    Et ben, c'est pareil, on traverse pas ou on s'approche pas d'un troupeau gardé par un patou. Il y est pour rien. Il fait son boulot.

Gentil discours officiel. La réalité est bien différente.

L'année passée, un troupeau en mouvement, accompagné de deux patous hurlant à 200 m a bien failli me couper le chemin du retour. Et il n'y avait pas beaucoup d'alternatives ...

C'est été, je faisais une petite pause sur un sentier, du côté des Camporells.
Quelques moutons ont déboulé de la colline voisine, croisant le sentier à une dizaine de mètres de moi. Puis un troupeau a suivi, avec un patou au milieu.

J'avais senti venir, je l'attendais de pied ferme.
Aboiements féroces à mon encontre, puis (instinct de survie?  ;# ) l'animal s'est détourné ...

J'ai rencontré cet été deux bergers, des vrais, qui passent leurs nuits en alpage, qui vont rechercher et qui soignent les brebis égarées. Témoignage identique :  les patous ne servent à rien, et sont une source d'emmerdements pour les bergers. C'est qu'il faut les nourrir, ces gros ventres. Ils y a bien des distributeurs de nourriture, mais les troupeaux de mouton n'en ont rien à cirer. Alors, quant ils crèvent la dalle, les patous quittent le troupeau pour aller se ravitailler. Et que fait le troupeau? Au lieu de rester tranquille sur place, il galope derrière ...

Mes deux bergers ne voulaient pas de patous, malgré les primes ...


Sur un autre support, les zécolos comptent bien régner sur tout, même les poules, les rapaces et les renards. Une réponse qui les fait hurler de rage :
Citation de: Philippe Rai
J'ai passé pas mal de temps chez ma tante en pleine campagne, au milieu
des poules avec des poussins en totale liberté qui allaient se balader
autour de la ferme.

Quand une buse apparaissait, la seule solution pour éviter la perte
totale des poussins étaient de les rentrer et de sortir avec le fusil.

Citation
Tu ne sais manifestement pas de quoi tu parles.
Un grillage non enterré n'a jamais arrêté un renard, et 100% des attaques ont lieu de jour, de préférence entre midi et deux.
Quand aux crochus, une simple buse va exploser (au sens strict du terme, tu ne retrouves que la peaux et les plumes), en quelques secondes.

JacquesL

  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 4 409
Re : Le loup, réinstallé...
« Réponse #2 le: 28 avril 2015, 08:43:07 am »
Le loup en ville aux Pays Bas :

http://www.koreus.com/video/loup-pays-bas.html

<iframe width="560" height="315" src="http://www.koreus.com/embed/loup-pays-bas" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

 

Recent

Membres
  • Total des membres: 82
  • Dernier: Dobby
Stats
  • Total des messages: 4892
  • Total des sujets: 2243
  • En ligne aujourd'hui: 4
  • Record de connexion total: 23
  • (18 juin 2011, 01:15:06 pm)
Membres en ligne
Membres: 0
Invités: 1
Total: 1